Aller au contenu principal

En toute simplicité, JC : l'homme de l'ombre.

Comme les élèves et leurs professeurs, Jacques Chevalier a tombé le masque le 14 mars dernier. Hasard du calendrier ou clin d'oeil d'un visionnaire ? Toujours est-il qu'à l'issue d'une session Cran (Chambre régionale d'agriculture de Normandie) qu'il n'a pas dirigé puisqu'en retraite depuis plusieurs semaines, la ferme Normandie lui a dit « au revoir ».

Jacques Chevalier visiblement ému avec en arrière plan Daniel
Génissel, Jean-Louis Belloche, Daniel Epron et Sébastien Windsor.
Jacques Chevalier visiblement ému avec en arrière plan Daniel
Génissel, Jean-Louis Belloche, Daniel Epron et Sébastien Windsor.
© TG

« Dans un jardin, il y a des plantes qui sont mieux à l'ombre et qui poussent très bien ». C'est par cette métaphore que Jacques Chevalier, « au moment de se dire au revoir », a illustré son principal trait de caractère, voire sa philosophie de vie. Autour de lui, de nombreux élus et collaborateurs d'OPA (Organisation professionnelle agricole) hauts et bas-Normandes et les présidents de Chambres avec lesquels il a collaboré. Ne manquait que Jean Mouchel qui nous a tous fait un pied de nez quelques jours auparavant ! Jean Mouchel était un ami de son père, Bernard Chevalier, président de la Chambre de Côte-d'Or (Bourgogne Franche-Comté) à une autre époque. Ce n'est donc pas tout à fait un hasard si Jacques a posé un jour ses valises en Normandie. C'était en 1984, l'année des quotas laitiers.

 

UNE RATIONALISATION INDISPENSABLE

« On comptait alors 80 000 exploitations en Normandie, dont 40 000 en lait. Il n'en reste que 26 000 aujourd'hui, constate-t-il sans sombrer dans la sinistrose. La Normandie agricole n'a plus le même visage, mais cette rationalisation était indispensable ». Et de se réjouir « de voir beaucoup d'exploitations rentables et de très belles entreprises ». Mais pour celui qui a accompagné les agriculteurs en difficulté au début de sa carrière, « une exploitation qui ferme, c'est un peu comme une lumière qui s'éteint, mais je crois en l'avenir de ce métier d'agriculteurs ».

Jacques Chevalier a fait presque toute sa carrière dans le réseau Chambre hormis une infidélité au Cirviande, débauché par Roger Lecamus. « La vache folle est arrivée tout de suite. Je me suis régalé », s'amuse-t-il à postériori.

Si c'est Jean-Mouchel qui l'a embauché, c'est Daniel Epron qui en fait un directeur général. « La Chambre d'agriculture porte de belles valeurs. Je la quitte dans une période fabuleuse et fier d'avoir piloté son avenir vers une entreprise de 500 collaborateurs, le travail et la réussite de tout un collectif. Le groupe est toujours meilleur que le meilleur du groupe ». Une petite phrase empruntée à Aimé Jacquet, entraîneur de l'équipe de France de football, qui a conduit les Bleus à l'apothéose en 1998. Alors au nom de la presse agricole de Normandie : « bons vents et biens portants ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole