Aller au contenu principal

En lait, l’alimentation s’automatise de plus en plus.

Une conférence sur les bâtiments s’est tenue lors du Space à Rennes, de façon virtuelle le 15 septembre, coronavirus oblige. Thème : l’automatisation de l’alimentation des bovins laitiers et son impact sur les bâtiments.

En atelier bovins lait, il existe deux contraintes majeures pour l’éleveur. La traite, estimée à 50 % du temps total d’astreinte. Pour y remédier, les robots de traite se sont fortement développés ces quinze dernières années. En seconde place, l’alimentation représente 28 % de ce temps.Pour l’automatiser afin de fairebaisser le temps d’astreinte,il existe aujourd’hui cinq famillesd’équipements, selon le niveau d’automatisation : le robot mélangeur/distributeur, avec stockage en cellules ou au sol, les mélangeuses fixes avec robot distributeur, avec ou sans stockage, les robots distributeurs pour les rations de foin et le robot complet qui s’approvisionne en cellule, mélange et distribue. Les conseillers bâtiments sont de plus en plus souvent questionnés sur ce type de robots et l’aménagement des bâtiments. Une étude a été mise en place par l’institut de l’élevage et ses partenaires des chambres d’agriculture il y a trois ans. Les résultats seront communiqués dans un document écrit en octobre 2020, mais le Space a permis de médiatiser quelques éléments. Les enquêtes en élevage ont été menées dans l’Ouest de la France. Depuis 2012, l’offre en robot d’alimentation s’est multipliée avec l’augmentation de la taille des troupeaux, la conduite en lots et la diminution du pâturage. On recense une douzaine de marques de constructeurs sur ce créneau. Positionnement d’une cuisine (où sont stockées une partie des ingrédients et la ration préparée de façon automatisée), circulation…

Quelles sont les conséquences, ainsi que le temps gagné et les coûts ?

Il existe plusieurs systèmes de locomotion des robots. Sur roues ou suspendus sur rails. Les premiers étaient sur rail mais il est préférable d’opter pour les roues s’il y a plusieurs bâtiments loin les uns des autres ou pour éviter une contrainte sur la charpente. Le rail permet de pousser au dessus des circuits sales, il permet le mélange et la distribution en simultané sans apporter de contraintes au sol. La conception des bâtiments est alors différente (bétonnage du sol, type de charpente, pente, largeur des couloirs…). Chaque modèle a néanmoins sa place.

 

RÉDUIRE LE TEMPS EN CUISINE

L’enquête révèle que l’alimentation est optimisée avec six distributions par jour. Le temps passé à l’alimentation, 50 à 70 % correspond à l’approvisionnement de la cuisine, c’est donc ce que l’on cherche à réduire en premier. Le reste concerne le nettoyage de la cuisine, l’entretien du matériel. Pour réduire le temps passé à approvisionner la cuisine, cela dépend du type d’équipement mais aussi de l’éloignement du stockage primaire de la cuisine, la fréquence d’approvisionnement, la durée de conservation des aliments et du type d’approvisionnement (1à 2 jours en vrac ; 2 à 3 jours en cube).

Quel gain de tempspeut-on espérer ?

Par exemple, pour un élevage moyen de 280 vaches laitières, le calcul a été fait. Le temps passé par jour en hiver avant automatisation est de deux heures en moyenne, il est de 53 minutes après automatisation, dont 33 minutes pour l’approvisionnement. Le gain n’est pas que sur le temps mais aussi sur la pénibilité pour l’éleveur, davantage de flexibilité et plus de facilité pour être remplacé le week-end.

Concernant le coût, il se divise en trois parties : investissement, fonctionnement et main-d’oeuvre. Pour l’investissement, il est compris entre 150 000 à 350 000 euros. Il y a des coûts induits non négligeables à avoir en tête : cuisine à construire, (150 euros le m2), cheminement bétonné avec les systèmes à roues (35 euros le m2), portails à automatiser, silos à reconstruire si trop éloignés… Le taux d’équipement progresse en France, avec d’après l’Institut de l’élevage, une quarantaine par an en bovins, soit 200 élevages équipés en 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole