Aller au contenu principal

Elections régionales : les projets agricoles des finalistes.

Dimanche prochain aura lieu le deuxième tour des élections régionales. Quatre listes restent en compétition, menées par Hervé Morin (LR-NC), Nicolas Bay (Rassemblement National), Mélanie Boulanger (PS-EELV) et Laurent Bonnaterre (LREM). Nous avons proposé aux quatre candidats d’exprimer leur projet agricole en répondant aux trois questions suivantes : Quelle orientation souhaitez-vous donner à l’agriculture normande ? Quelles seront vos priorités d’intervention ? Quelle sera votre première décision ?

© DR.

Nicolas Bay - Faire gagner la Normandie

L’agriculture est une activité économique importante en Normandie. Elle représente 4,4 milliards d’euros de richesses créées par an et des dizaines de milliers d’emplois.

Pour la préserver, nous souhaitons valoriser nos productions locales, les circuits courts, qui garantissent qualité et sécurité alimentaire face à la concurrence déloyale des productions étrangères.

Nos priorités en matière agricoles sont multiples. Elles visent, tout d’abord à permettre aux jeunes agriculteurs de pouvoir reprendre des exploitations, ensuite à garantir les emprunts nécessaires à la mise aux normes des exploitations et enfin, par la commande publique, d’offrir aux lycéens une nourriture de qualité et locale. Pour cela nous augmenterons le budget régional alloué à l’agriculture dans un souci de rééquilibrage entre les territoires urbains et ruraux.

La première décision que nous prendrons sera la création d’un label « Produit de Normandie » pour valoriser nos productions à l’international, ouvrir de nouveaux marchés et assurer le rayonnement de notre région.

 

 

Mélanie Boulanger - La Normandie nous rassemble

Il est urgent de changer de cap et d’engager pleinement la Normandie dans les enjeux du 21e siècle. Nous avons une vision ambitieuse, réaliste et sans dogmatisme. Cela fait des années qu’il est imposé au monde agricole un changement drastique des modes de production, sans que les moyens ne suivent. Nous soutiendrons les agriculteurs normands. Notre principale mesure en la matière sera de leur garantir un revenu décent, pour contrer les aléas de production et les années difficiles.

Nous agirons par ailleurs pour la transition écologique, en favorisant une agriculture biologique, de qualité et locale.

Notre première décision à la Région sera de réunir un Comité régional de relance associant tous les acteurs économiques, associatifs, les différentes collectivités, pour engager un rebond économique à la hauteur des enjeux. Les agriculteurs seront associés et bénéficieront de ce réengagement de la Région pour les territoires. Le 27 juin, faisons le choix du changement en votant pour le rassemblement de la Gauche et des écologistes !

 

 

Hervé Morin - Vivre la Normandie

16 000 exploitations sur les 31 000 que compte la Normandie ont été soutenues par la Région au cours de ces 6 dernières années. 432 millions d’euros ont ainsi été mobilisés pour les moderniser et les aider à se convertir à des pratiques agricoles durables.

Durant les années qui viennent, cet effort sera amplifié. Ainsi, au cours des 2 seules prochaines années, 200 millions d’euros que nous sommes allés chercher à Bruxelles seront investis. Ils permettront d’accompagner encore et toujours les filières courtes, le bio, les pratiques innovantes et les projets qui renforceront l’autonomie et la compétitivité des exploitations. C’est dans le même esprit que nous continuerons notre politique dans les prochaines années.

La Région financera par ailleurs plus encore les projets autour des nouvelles filières (du lin et du chanvre par exemple) et elle renforcera celles existantes (cidricoles, brassicoles…). La Région mettra en œuvre un plan de restauration du bocage normand en aidant les agriculteurs volontaires pour reconstituer les haies dans leurs exploitations. Elle attachera une attention toute particulière à la préservation du foncier agricole.

Enfin et parce que j’en suis fier, la Région continuera de porter l’excellence agricole de la Normandie au niveau national et international. Elle le fera notamment à travers sa présence au salon de l’agriculture et aux deux évènements que nous avons créé : la « Grande débarque » dédiée à la coquille Saint-Jacques et le concours culinaire « le Trophée des Léopards » !

La Région défendra l’intérêt des agriculteurs normands au niveau des instances françaises et européennes dans le cadre des négociations sur la nouvelle PAC 2021-2027. Elle fera tout pour obtenir une enveloppe financière la plus conséquente possible afin de soutenir leurs projets !

 

 

Laurent Bonnaterre - Normandie, terre d’avenir

Je veux que la Région aide efficacement l’agriculture à relever trois défis : la modernisation des exploitations, le renouvellement des générations, et la transition environnementale.

J’ai donc trois priorités. D’abord, faire en sorte que la Région aide les agriculteurs normands à produire plus et mieux, grâce à des aides régionales mieux adaptées. Ensuite, je souhaite que la Région protège les agriculteurs normands contre les aléas climatiques et les variations de cours des produits, grâce à des systèmes assurantiels collectifs que nous soutiendrons. Enfin, je veillerai à ce que les aides régionales et européennes soient attribuées plus simplement et rapidement.

Ma première décision sera donc, pour concrétiser tout cela, de nommer un vice-président de la Région qui consacrera 100% de son temps aux demandes des agriculteurs. Je réunirai, très rapidement, des états généraux de l’agriculture normande pour faire un bilan des actions mises en œuvre par la Région, et voir comment nous pouvons collectivement aider les agriculteurs normands à mieux relever ces défis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole