Aller au contenu principal

Du 13 au 24 mai : la Semaine de l’agriculture française.

Une initiative du Salon International de l’Agriculture et du Concours Général Agricole.

© DR.

« C’est du 13 au 24 mai prochains que se tiendra la Semaine de l’agriculture française. Elle n’a pas pour vocation de remplacer le Salon ni le Concours Général Agricole. Elle est un outil spécialement développé en cette année particulière, pour mettre en avant des initiatives en faveur de l’agriculture. Elle rentre aussi dans le cadre d’une prise de parole positive et constitue une occasion de montrer une fois de plus aux consommateurs et citoyens que l’agriculture est en permanence au coeur de l’actualité. Finalement, comme le Salon, notre initiative vise à soutenir les agriculteurs en toute circonstance. », détaille Jean-Luc Poulain, président du Ceneca et du Salon International de l’Agriculture

 

Une plateforme rassemble les initiatives qui prouvent la force de l’agriculture

La Semaine de l’agriculture française se concrétise par un grand nombre d’événements organisés par différents acteurs du secteur de l’agriculture, répartis à travers les territoires et portant tous les couleurs de cette Semaine. Événements physiques dans la mesure du possible ou digitaux, rendez-vous thématiques, animations etc… le public, en se connectant sur www.semainedelagri.fr pourra choisir selon ses propres critères.

 

Quelques exemples parmi d’autres…

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation valorisera son opération « frais et local » (www.fraisetlocal.fr) lancée en janvier 2021 avec les réseaux Bienvenue à la ferme et de l’enseignement agricole ainsi que de l’Association française de l’agriculture urbaine professionnelle (AFAUP). Chacun pourra s’informer et trouver des produits frais et locaux à proximité de son lieu de vie.

 

Et aussi, Interbev, interprofession du bétail et des viandes adosse son opération « Made in Viande » à la Semaine de l’agriculture française. De même, des distributeurs déploient des actions de promotion de l’agriculture dans leurs réseaux de magasins pour toucher un large public.

« La Semaine de l’agriculture française, c’est tout simplement le rendez-vous de ceux qui font l’agriculture et de ceux qui veulent en savoir plus ou la soutenir. De même que la valeur de pédagogie se situe au coeur du Salon International de l’Agriculture, en tant qu’organisateur, nous veillons à ce que tous les événements « labellisés » Semaine de l’agriculture française permettent aux citoyens d’en savoir toujours plus. Parce que des consommateurs bien informés sont plus proches de l’actualité de l’agriculture », précise Valérie Le Roy, directrice du Salon International de l’Agriculture, à l’origine de la Semaine de l’agriculture française.

 

2 rendez-vous

exceptionnels vont rythmer la Semaine de l’agriculture française

Le 18 mai, les acteurs de la chaîne agricole et alimentaire, ceux-là même qui depuis le début de la crise ont démontré leur capacité à nourrir la population, se mobilisent autour du thème de la souveraineté alimentaire. A l’initiative du Conseil de l’Agriculture Française (CAF) et du Ceneca, ils donnent rendez-vous pour un colloque connecté, en présence du président de la République, monsieur Emmanuel Macron, de ministres et d’experts.

 

Le 20 mai, en direct du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et en présence du ministre, 3 remises de prix lauréats aux concours du Concours Général Agricole qui ont pu se tenir : le concours des Pratiques Agroécologiques qui mettent en avant les bonnes pratiques des agriculteurs en faveur de la biodiversité, le Trophée International de l’Enseignement Agricole (26 écoles dont 3 étrangères concourent cette année) et les Prix d’Excellence, qui récompensent le savoir-faire des producteurs pour leurs résultats lors des 3 dernières sessions du concours. « Encore plus aujourd’hui, le CGA se doit de valoriser l’excellence de nos savoir-faire auprès du grand public, en récompensant l’engagement des femmes et hommes qui, au quotidien, produisent des produits d’exception et façonnent les territoires de demain avec des pratiques plus vertueuses et en mettant à l’honneur la mobilisation de nos jeunes issus de l’enseignement agricole », complète Olivier Alleman, Commissaire Général du Concours Général Agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole