Aller au contenu principal

Dominique AUBIN, président de la Fédération des caisses locales de l'Eure, vice-président de Groupama Centre Manche.

Des valeurs mutualistes d'entraide et de solidarité à transmettre aux jeunes.

« Aller au-devant des autres et notamment des jeunes, c'est ce qui me
plait dans mon rôle d'élu. Il faut transmettre ces valeurs mutualistes et de solidarité, ça se travaille au quotidien ».
« Aller au-devant des autres et notamment des jeunes, c'est ce qui me
plait dans mon rôle d'élu. Il faut transmettre ces valeurs mutualistes et de solidarité, ça se travaille au quotidien ».
© TG

Entré en tant que commissaire aux comptes de sa caisse locale en 1987, Dominique Aubin (céréalier et producteur d'ovins du côté de Conches) est depuis le 29 mars 2019 président de Groupama Eure qui tient son assemblée générale, aujourd'jui vendredi 7 avril, à Evreux (9 h 30). Un engagement de longue date qui puise ses racines dans « des valeurs mutualistes d'entraide et de solidarité à transmettre aux jeunes ». Questions-réponses.

 

Groupama a été particulièrement impliqué dans la conception et la mise en oeuvre de la réforme MRC. Quel en est l'objectif ?

L'objectif de la réforme est de mieux protéger les exploitations agricoles avec un premier niveau de risque assumé par les exploitants eux-mêmes. Puis, l'articulation entre une couverture assurantielle et l'intervention de la solidarité nationale. En tant qu'OPA (Organisation Professionnelle Agricole), nous saluons cette réforme. Elle permet de rendre l'assurance des récoltes, fortement malmenée par le dérèglement climatique, plus attractive et pérenne. En deux mots, elle apporte universalité et simplicité. La réforme associe à chaque agriculteur un interlocuteur agréé (un assureur) chargé de l'indemniser, tant en matière d'assurance que de solidarité nationale. Chaque agriculteur est donc concerné, qu'il soit assuré ou non. Pour nos sociétaires, son adoption va permettre un niveau de subvention plus élevé des contrats d'assurance et des choix de franchises subventionnées plus larges. Tous les agriculteurs, même ceux sans assurance contre les aléas climatiques, pourront accéder à un dispositif de solidarité nationale en choisissant un interlocuteur de référence. De par notre expertise et notre accompagnement historique du monde agricole, Groupama gèrera le fonds de solidarité nationale.

 

Les agriculteurs eurois ont souscrit en masse à ce nouveau dispositif ?

Le portefeuille MRC de l'Eure représente 896 contrats soit plus de 160 affaires nouvelles supplémentaires (1 155 au niveau des 8 départements GCM). La commercialisation s'est achevée le 3 février dernier. Concernant le contrat Prairie, 25 affaires nouvelles ont été réalisées (231 au titre de GCM), mais les souscriptions se sont accélérées jusqu'à la date butoir du 31 mars. Globalement et toutes formules confondues dans l'Eure, on peut parler d'un réel succès sur la partie MRC grandes cultures. C'est plus modéré sur la partie prairie, mais cela s'explique par une surface herbagère moindre sur le département.

 

Quel bilan de la sinistralité agricole en 2022 ?

Sur les 8 départements Groupama Centre Manche, c'est plus de 8 200 déclarations de sinistres ouvertes pour une surface totale sinistrée de près de 200 000 ha. Pour l'Eure, c'est plus de 1 650 déclarations correspondant à 39 000 ha environ.

Concernant spécifiquement les sinistres grêle et sécheresse, c'est 7 354 déclarations pour 175 000 ha (1 440 déclarations et 33 500 ha dans l'Eure).

On peut retenir que le coût des sinistres liés aux aléas climatiques augmente chaque année depuis 2019. 2022 a à nouveau été une année particulière marquée par la grêle (notamment en Mayenne et sur une partie de la Sarthe), mais aussi et surtout par la sécheresse et les coups de chaleur qui ont impacté l'ensemble des céréales à paille, mais aussi le maïs et le colza. A l'échelle de la caisse régionale, 2022 a cependant été moins compliquée que 2020. Néanmoins, sur les 8 départements, nous allons redistribuer plus de 33 Me, nous dépassons donc notre équilibre technique ! On le voit bien, le système arrivait à bout de souffle et il fallait le réformer.

 

Le vol de matériel dans les exploitations, par exemple des GPS, est de plus en plus récurrent. Vous menez des actions de prévention spécifique sur le sujet ?

GCM est un acteur de prévention par essence. Nous menons de nombreuses actions de terrain pour la sécurité des biens et des personnes (sondes à fourrage, extincteurs incendies, sécurité routière tracteur...) et nous avons bien sûr pris la mesure de cette problématique. Sur la partie GPS, une nouvelle offre sera opérationnelle dans les semaines à venir « offre équipements connectés » qui permettra de mieux couvrir les GPS avec un contrat dit « flottant » à capitaux avec 3 montants au choix.

 

Un des thèmes des AG départementales de Groupama est l'accès au soin. Une problématique dans l'Eure ?

Nous sommes un acteur majeur de santé. C'est un sujet de société, pour notre territoire et pour nous évidemment, tout naturellement. Le système de santé français est aujourd'hui dans une situation contrastée, mais qui reste globalement enviable : une part importante de financement des soins par le public à hauteur de 75 %. Sur les 25 % restants, 7 % est la part d'autofinancement des patients et 18 % la part prise en charge par les assurances complémentaires (ndrl : source Franck Droin - Associé de Kaissa).

Au plan territorial, les difficultés d'accès aux soins sont patentes avec une désertification médicale en milieu rural et un engorgement de certains professionnels dans certaines agglomérations. Les aspirations et pratiques des professionnels du monde de la santé évoluent et sont touchées par la robotisation, le digital, l'intelligence artificielle ou encore la médecine à distance. J'ai la conviction que Groupama, et bien sûr GCM, a un rôle à jouer sur ce sujet d'accès aux soins et de déserts médicaux. En France, 8 millions de personnes sont confrontées au « désert médical », selon les derniers chiffres du Conseil national de l'Ordre des Médecins. L'Eure, c'est près de 600 000 habitants avec une densité de médecins généralistes pour 100 000 habitants de 57,4 % et une densité de spécialistes de 36,9 %. C'est aussi 48 % des médecins généralistes et 61,6 % de spécialistes qui ont 55 ans et plus et par conséquent partiront à la retraite sous environ 10 ans. La question de l'accès aux soins dans les 10 ans à venir est cruciale.

 

Quel rôle peut jouer Groupama pour améliorer la situation ?

Nous sommes un acteur de santé et de prévention historiquement très ancré dans les territoires grâce à nos implantations et à notre dynamique mutualiste nous permettant d'avoir sur le terrain au quotidien de nombreux élus. Nos liens locaux sont sincères et profonds. Nous avons souvent été pionniers dans notre capacité à apporter des solutions concrètes et utiles au bénéfice de nos sociétaires, voir même plus largement de la société. Concernant l'accès aux soins nous étudions avec attention toutes les solutions qui se mettent en place dans les territoires et elles sont multiples : maison médicale, médecine à distance, recours au recrutement via d'autres pays, incitation à l'installation...  Nous contribuons aussi déjà activement à certaines initiatives très locales comme le sport sur ordonnance.

 

Le renouvellement des générations est une préoccupation majeure dans les champs et sous les étables. Vous êtes confrontés à la même difficulté de recrutement au sein de vos représentants ?

C'est un sujet majeur auquel nous apportons une attention particulière. Notre gouvernance mutualiste est ce qui fait notre différence, notre ADN. C'est pourquoi nous avons lancé un beau programme intitulé la dynamique mutualiste qui a notamment pour objectif de revitaliser le recrutement de nouveaux élus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole