Aller au contenu principal

Diversification : le domaine Prévost est planté.

8 400 pieds de vigne sur 1,6 ha ont été plantés les 22, 23 et 24 avril à Ferrières-Haut-Clocher (27). Le domaine viticole Prévost est en devenir. Rendez-vous en 2024 pour les premières vendanges.

Delphine et Matt, un couple franco-britannique et le début d’une aventure viticole en Normandie. Une façon aussi d’ancrer durablement
Delphine et Matt, un couple franco-britannique et le début d’une aventure viticole en Normandie. Une façon aussi d’ancrer durablement
© TG

Au volant du tracteur, Max Prévost (le grand-père) et sur le siège de la planteuse (de sapins à l’origine), Matt Angwin. Matt est le futur gendre de Stéphane (le père) préposé quant à lui à l’arrosage. Un peu plus loin, Delphine (la fille mais aussi maman d’une petite fille) qui, aidée de quelques amis, joue du râteau pour reboucher les  sillons espacés de 2 m... Sur le coteau à la pente bien modeste de cette plaine euroise, à Ferrières-Haut-Clocher, c’est l’effervescence en cette fin avril. A raison de 0,5 km/h, 8 400 pieds de Pinot noir ou meunier, Chardonnay, Chenin blanc et Floréal prennent terre tous les mètres au fond d’un sillon de 30 cm. Pour assurer la reprise, chacun reçoit 3 litres d’eau. Le domaine Prévost, c’est donc une saga familiale qui permettra d’ancrer durablement un patronyme à une terre. Delphine va se marier et donc changer de nom. Au-delà de la symbolique, c’est un vrai projet économique qui se développe à l’aune du réchauffement climatique.

 

La passion du vin

Delphine et Matt n’ont rien de doux rêveurs. Elle, après prépa-véto, opte finalement pour agro Purpan à Toulouse. « J’ai toujours voulu travailler dans le vin », se souvient-elle.Une passion qui, dans le cadre de ses stages d’étude, la conduit a Camel Valley, un vignoble très réputé de Cornouailles (Angleterre) créé en 1989. Un pays où la bouteille de vin se vend 40 e. Elle y fait la connaissance de Matt, le manager des lieux. Le début d’une histoire d’amour et d’une vie commune avec notamment la création en 2018 d’un bar à vins sous forme de food-truck. « Cela fonctionnait très bien » et notre couple pensait partager sa vie de part et d’autre du Channel.

 

20 000 e/ha

Mais la vie en a voulu autrement. Delphine perd son frère. Le couple décide alors de se fixer à plein temps en Normandie et en famille. Une façon de se serrer les coudes. L’idée de créer localement un vignoble de toute pièce émerge très vite, « ça marche bien en Angleterre, alors...»  L’approche de ce projet est techniquement tout aussi pointue que pragmatique. En croisant leurs compétences, Delphine et Matt maitrisent la chaine de A à Z. Max et Stéphane y ont mis également leur grain de sel. La parcelle a été sélectionnée. Trois fosses pédologiques y ont été creusées pour analyse du profil de sol et les cépages choisis en fonction, tout comme leur emplacement précis dans la parcelle. « L’idée n’est pas de produire un vin de garage pour se faire plaisir, mais un bon vin pétillant (blanc de blanc, blanc de noir ou rosé) et un blanc sec selon la méthode traditionnelle », se projette Delphine. Première vendange en 2024 (50 % du potentiel devrait être atteint). Seconde en 2025 (75 %) pour tutoyer la vitesse de croisière en 2026 avec un objectif estimé à 15 000 bouteilles/an. Coût de l’investissement : 20 000 e/ha environ qui comprend notamment le plant, les tuteurs, le palissage, mais aussi les clôtures pour se mettre à l’abri des sangliers, chevreuils et autres lièvres. La Banque Verte a suivi. Il lui reste désormais à financer le chai. Delphine et Matt travaillent à sa conception en attendant de trinquer... Pourquoi pas un jour à la création d’une section viticole à la FNSEA 27 ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole