Aller au contenu principal

Directive IED : le Parlement européen se prononce contre l'élargissement du champ d'application

Les députés européens ont rejeté la proposition de la Commission de Bruxelles d'élargir le champ d'application de la directive IED aux élevages bovins ainsi que l'abaissement des seuils pour les porcs et les volailles.

Un seuil d'entrée fixé à 150 UGB (unité de gros bétail)
Un seuil d'entrée fixé à 150 UGB (unité de gros bétail)
© IStock

Le 11 juillet le Parlement européen a adopté par 396 pour, 102 contre et 131 abstentions son rapport sur la révision de la directive « émissions industrielles » (IED). Mais les députés européens se sont opposés à une large majorité (367 voix pour - 245 contre et 16 abstentions) à tout élargissement du champ d'application de l'IED aux élevages bovins et à un abaissement des seuils pour les élevages porcins et avicoles à partir desquels ils auraient été soumis aux dispositions de cette directive. Contrairement à ce que proposait la Commission de Bruxelles. Les députés se sont ainsi prononcés pour le statu quo : le maintien du champ d'application pour les élevages porcins et avicoles à 2 000 porcs et 40 000 places et le rejet de l'inclusion des exploitations bovines et mixtes. En outre, le Parlement a également reconnu que l'IED est un instrument législatif inadapté qui ignore tout simplement les réalités fondamentales du secteur de l'élevage.

 

LA FNSEA ET LA FNPL SOULAGÉES

La FNSEA s'était mobilisée en ce sens. Pendant l'examen du rapport sur les IED par le Parlement elle s'est associée massivement à la manifestation organisée par le Copa à Strasbourg. La pression syndicale a porté ses fruits. « C'est un réel message de soutien qui est envoyé par les députés européens au secteur agricole en général et tout particulièrement à l'élevage sur lequel cette directive fait peser de lourdes menaces : coûts administratifs et économiques insupportables, risques de fermeture d'élevage ou de concentration excessive, et de délocalisation de la production vers des pays hors UE », s'est félicitée la FNSEA dans un communiqué à l'issue du vote du Parlement. Satisfaction également de la Fédération nationale des producteurs de lait. « Assimiler l'élevage bovin à une activité industrielle est une véritable erreur d'analyse et nous saluons la prise de conscience et le courage des parlementaires. Initialement, presque seul contre presque tous, c'est grâce à l'élan donné par la commission Agriculture du Parlement européen et à la mobilisation sans failles de nos administrateurs que l'élevage bovin demeure à ce jour en dehors du champ d'application de la directive », souligne-t-elle dans un communiqué.

Le syndicalisme français et européen attend désormais beaucoup de la Commission de Bruxelles et du Conseil des ministres pour qu'ils adoptent la même sagesse que le Parlement lors des négociations qu'ils vont engager dans le cadre du trilogue. En effet comme la Commission européenne les ministres représentant les États sont favorables à un durcissement de la directive pour l'élevage. La première a fixé un seuil d'entrée à 150 UGB à tous ces élevages confondus, les ministres se sont prononcés pour des seuils minima de 350 UGB pour les porcs et les bovins, 280 UGB pour les volailles et 350 UGB pour les exploitations mixtes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole