Aller au contenu principal

Des silos d'herbe pleins en perspective.

Les averses quotidiennes sont devenues la norme chez les Normands depuis plusieurs mois. Les réserves utiles des sols sont pleines et n'ont que peu l'occasion de se désemplir.

Une mise à l'herbe " chaotique "

Un grand nombre de troupeaux bovins lait reste encore en bâtiment à cause du niveau de portance des sols. 

Pour les troupeaux sortis, certains sont de nouveau rentrés suite à des pluies importantes la semaine dernière.

Les élevages bovins lait qui ont maintenu du pâturage sont majoritairement restés sur des sorties en journée. 

La qualité du déprimage des premières parcelles pâturées n'est pas toujours au rendez-vous. Les hauteurs moyennes dépassent régulièrement les 5 cm et des zones de refus sont déjà visibles. Mais être plus strict aurait conduit à une dégradation des prairies encore plus importante que ce qu'on observe déjà.

Un débrayage à prévoir dès maintenant

La pousse de l'herbe est dans les normes de ce qui a été mesuré ces dernières années avec une moyenne normande de 33 kg MS/ha/j.

Les stocks s'accumulent donc à une " vitesse normale " malgré des hauteurs importantes par endroits. 

Au vu des prévisions météorologiques annoncées, du niveau de pâturage actuel, et de la faible portance des sols, la majorité des exploitations devra faucher des surfaces initialement prévues en pâturage. 

Ces fauches permettront de régulariser les stocks d'herbe sur pied. 

Lorsque la portance de sols sera correcte, les éleveurs, dont la mise à l'herbe est retardée, auront accumulé beaucoup de stocks qu'il faudra réduire pour correctement les valoriser.

Ce retour de la portance pourrait coïncider avec des niveaux de croissance forts, pour lesquels il faut en " années normales " débrayer.

L'enjeu sera donc de faucher suffisamment pour retrouver un nombre de jours d'avance cohérent pour l'époque. Un point sur les stocks sur pied, au retour de la portance des sols et avant un créneau de fauche favorable, permettra de mieux estimer la surface à faucher.

Ces fauches ne pourront être considérées comme un équivalent déprimage puisque la hauteur de fauche ne favorisera pas le tallage des graminées. Il sera également difficile de créer un gradient de hauteurs via ces fauches, contrairement à ce que permet un déprimage. Ce gradient sera créé par le pâturage suivant.

Les fauches permettront, par contre, de redonner de la lumière aux légumineuses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole