Aller au contenu principal

Des plantes au service de l’agriculteur et de la société.

Il n’est pas récent que l’homme sème des plantes sans avoir l’objectif de les récolter. Depuis plusieurs décennies il sème des « engrais verts ». Puis l’évolution de la réglementation des différentes politiques agricoles a amené le sujet sous forme de contraintes, conditionnant les primes compensatrices : jachères fixes ou tournantes, bandes enherbées, couvertures des sols en période hivernale, accompagnement d’un plan d’épandage.

Un couvert d’intercultures permet de restructurer le sol.
Un couvert d’intercultures permet de restructurer le sol.
© ©DR
Aujourd’hui, c’est la profession agricole qui fait évoluer encore plus vite le sujet : on parle alors de plantes de service ou encore de cultures intermédiaires multi-services (CIMS). Le choix des espèces et des périodes de semis est maintenant dicté par l’expertise agronomique et la biologie végétale car chaque plante dispose d’atouts et de caractéristiques spécifiques dont la nature l’a dotée. Il ya d’ailleurs encore beaucoup de choses à inventer et à expérimenter. Il y a entre 30 et 50 espèces de plantes qui sont recensées comme plantes de service. Elles diffèrent par leur appartenance à une famille botanique, par leur mode de reproduction, par leur système racinaire, leur morphologie, leur adaptation à des contraintes pédoclimatiques et bien sûr par les services qu’elles peuvent rendre.
DÉTERMINER LE SERVICERECHERCHÉ
Le choix de ces espèces se fera en fonction de la place qu’auront ces plantes dans la rotation, en fonction des contraintes, des objectifs et même du mode de destruction envisagé de ces mêmes plantes. On peut même, dans certains cas, envisager la culture simultanée de la plante de service et de la culture principale. On parle alors de plantes compagnes, parfois de cultures associées. Les objectifs sont multiples et les cultures intermédiaires multi-services peuvent remplir une ou plusieurs missions : lutter contre l’érosion par l’eau ou le vent, favoriser la pénétration de l’eau dans le sol, restituer de la matière organique au sol et donc du carbone, améliorer la structure du sol, piéger l’azote en excès, fixer de l’azote (légumineuses), lutter contre certains ravageurs parasites, lutter contre les plantes indésirables, favoriser la vie de la faune sauvage, la vie des insectes auxiliaires dont l’abeille, accompagner et protéger la culture principale ou enfin constituer une barrière sanitaire entre deux cultures principales.
UNE ESPÈCE OU DES ESPÈCES POUR CHAQUE OBJECTIF
Le choix des espèces se fera donc en fonction des objectifs attendus, de la culture précédente et de la culture suivante, des contraintes de calendrier de semis et du mode destruction envisagé. Il y a tout d’abord les brassicacées: colza, moutarde blanche, moutarde brune, moutarde d’abyssinie, la navette, le radis fourrager, le radis chinois, la caméline. Les brassicacées sont souvent employées pour leurs capacités à capter l’azote ainsi qu’à contrer certains parasites du sol (nématodes,champignons). Puis les fabacées à grosses graines : la féverole, les pois fourragers ou protéagineux, la vesce velue, la vesce commune, la vesce pourpre, la vesce de Narbonne, le lupin. Mais aussi les fabacées à petites graines : le trèfle violet, le trèfleincarnat, le trèfle d’Alexandrie, le trèfle blanc, la minette, les ainfoin, le trèfle hybride, le trèfle de Perse, le trèfle de Michelli, le trèfle vésiculé, le trèfle de cerdagne, la serre delle, le mélilot, la luzerne, le lotier, la lentille, la gesse, le fénugrec. Les fabacées sont capables de fixer l’azote de l’air grâce aux nodosités de leurs racines. Elles sont donc employées pour enrichir le sol en cet élément. Certaines espèces sont seules représentantes de leur famille pour l’usage : la phacélie, le lin, le sarrasin, le tournesol, la bourrache. Ces plantes ont différents intérêts mais elle sont en commun d’être des sources de nourriture pour les pollinisateurs. Sans oublier les graminées fourragères ou de gazon : leray-grass anglais, le ray-grass italien, le ray-grass hybride, le moha, le millet perlé. Les graminées, grâce à leur puissant système racinaire fasciculé, s’avèrent très efficaces pour ameublir le sol. De même que les céréales : l’avoine diploïde, les avoines classiques, le seigle, le seigle forestier, le sorgho. Les céréales sont intéressantes car, en fonction du stade auquel elles sont détruites, elles peuvent apporter aux micro organismes du sol soit des sucres, soit du carbone. Leurs capacités à talleret à couvrir rapidement le sol en font un atout dans la lutte contre les mauvaises herbes. Il est essentiel de connaître la biologie de chacune de ces plantes pour les choisir et les insérer dans le système agronomique en fonction des services attendus. La panoplie de plantes est donc très diversifiée et s’enrichit en permanence. Deux points clé pour atteindre les objectifs recherchés : la qualité de la semence et la qualité de l’implantation. La qualité de la semence est essentielle. La réussite est directement liée à la bonne couverture du sol et donc à la qualité de la germination. La semence doit garantir l’absence de graines d’adventices qui risqueraient de polluer les cultures suivantes. Les semences certifiées et les contrôles officiels garantissent ce haut niveau de qualité. Il en est de même pour la qualité de l’implantation. Il est important de soigner le semis, dans une terre fine ameublie en surface et plombée après semis. Il faut aussi prendre en compte la date de semis en fonction de l’espèce et respecter la dose de semis. Au fur et à mesure que cette pratique des cultures intermédiaires multi-services se développe, l’offre variétale augmente et permet de disposer de solutions toujours mieux adaptées à la diversité des usages et des besoins chez les agriculteurs. Le GNIS développe actuellement deux outils d’aide à la décision sous forme de réglettes qui permettront aux agriculteurs et aux techniciens de raisonner le choix des espèces pour les cultures intermédiaires et les cultures dérobées à vocation fourragères. Leur sortie imminente est prévue pour le mois de juillet. N’hésitez pas à les commander, elles seront gratuites !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole