Aller au contenu principal

Des parcours valorisés pour faire des économies d'aliments.

Dans le sud de la France, les parcours offrent une ressource alimentaire à ne pas négliger. Exemple d'un élevage ovin laitier qui valorise les surfaces pastorales.

En faisant pâturant les surfaces pastorales aux brebis et agnelles, Caroline et Alain Compan économise sur les intrants tout en entretenant les espaces ouverts.
En faisant pâturant les surfaces pastorales aux brebis et agnelles, Caroline et Alain Compan économise sur les intrants tout en entretenant les espaces ouverts.
© © N. RIVEMALE/CONFÉDÉRATION GÉNÉRALE DE ROQUEFORT

Les pelouses, landes, garrigues et bois pâturés forment les parcours et couvrent plus de 2,2 millions d'hectares dans le sud de la France, essentiellement dans les massifs et la zone méditerranéenne. En plus d'être des refuges de biodiversité, ces surfaces pastorales offrent une alimentation abondante aux troupeaux ovins, caprins et bovins.

Dans le Gard, Caroline et Alain Compan voient bien l'intérêt des parcours pour leur troupeau de 390 brebis laitières de race Lacaune. En plus de leurs 110 ha de SAU où ils cultivent luzerne, sainfoin, herbe ou céréales, ils utilisent 270 hectares de parcours pour y faire paître les agnelles et les brebis de la mi-mai à la mi-décembre.

 

DES SURFACES PASTORALES SOURCES DE RESILIENCE, D'ECONOMIE ET D'AUTONOMIE

Ces surfaces pastorales composent 40 % de l'ingestion des brebis en lactation de la mi-mai à août et couvrent 70 % des besoins à l'entretien en automne-hiver. « Les brebis se régalent et ne rentrent pas avec la faim après avoir pâturé les parcours », observe Alain Compan qui voit dans les parcours une bonne source d'autonomie fourragère et protéique. Ici, les brebis ne consomment que 164 kg de concentrés par an, dont 78 % de céréales produites sur l'exploitation.

Cette économie ne se fait pas sans travail puisque le couple d'éleveurs passe en moyenne 15 heures par mois, six mois dans l'année, à remplacer les piquets abîmés, retendre les fils ou broyer les repousses d'arbustes spontanés. Cet entretien des espaces ouverts et des ressources naturelles est encouragé par des mesures agroenvironnementales. « On passe la débroussailleuse tous les deux ans en moyenne, sur les bordures de champs et sur les zones où le buis et le prunelier gagnent vite », précise Alain. Il faut aussi amener les animaux, parfois jusqu'à une heure de la salle de traite, même si un couloir aménagé permet de lâcher les brebis à mi-chemin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole