Aller au contenu principal

Des parcours valorisés pour faire des économies d'aliments.

Dans le sud de la France, les parcours offrent une ressource alimentaire à ne pas négliger. Exemple d'un élevage ovin laitier qui valorise les surfaces pastorales.

En faisant pâturant les surfaces pastorales aux brebis et agnelles, Caroline et Alain Compan économise sur les intrants tout en entretenant les espaces ouverts.
En faisant pâturant les surfaces pastorales aux brebis et agnelles, Caroline et Alain Compan économise sur les intrants tout en entretenant les espaces ouverts.
© © N. RIVEMALE/CONFÉDÉRATION GÉNÉRALE DE ROQUEFORT

Les pelouses, landes, garrigues et bois pâturés forment les parcours et couvrent plus de 2,2 millions d'hectares dans le sud de la France, essentiellement dans les massifs et la zone méditerranéenne. En plus d'être des refuges de biodiversité, ces surfaces pastorales offrent une alimentation abondante aux troupeaux ovins, caprins et bovins.

Dans le Gard, Caroline et Alain Compan voient bien l'intérêt des parcours pour leur troupeau de 390 brebis laitières de race Lacaune. En plus de leurs 110 ha de SAU où ils cultivent luzerne, sainfoin, herbe ou céréales, ils utilisent 270 hectares de parcours pour y faire paître les agnelles et les brebis de la mi-mai à la mi-décembre.

 

DES SURFACES PASTORALES SOURCES DE RESILIENCE, D'ECONOMIE ET D'AUTONOMIE

Ces surfaces pastorales composent 40 % de l'ingestion des brebis en lactation de la mi-mai à août et couvrent 70 % des besoins à l'entretien en automne-hiver. « Les brebis se régalent et ne rentrent pas avec la faim après avoir pâturé les parcours », observe Alain Compan qui voit dans les parcours une bonne source d'autonomie fourragère et protéique. Ici, les brebis ne consomment que 164 kg de concentrés par an, dont 78 % de céréales produites sur l'exploitation.

Cette économie ne se fait pas sans travail puisque le couple d'éleveurs passe en moyenne 15 heures par mois, six mois dans l'année, à remplacer les piquets abîmés, retendre les fils ou broyer les repousses d'arbustes spontanés. Cet entretien des espaces ouverts et des ressources naturelles est encouragé par des mesures agroenvironnementales. « On passe la débroussailleuse tous les deux ans en moyenne, sur les bordures de champs et sur les zones où le buis et le prunelier gagnent vite », précise Alain. Il faut aussi amener les animaux, parfois jusqu'à une heure de la salle de traite, même si un couloir aménagé permet de lâcher les brebis à mi-chemin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole