Aller au contenu principal

Des fourragères adaptées à chaque modèle.

Vue d’en haut, la France est loin d’être uniforme et homogène. Du fait de la diversité de ses climats, de la fertilité de ses sols et de leurs différentes textures ainsi que des différentes altitudes, le monde agricole a dessiné une mosaïque de situations.

Les espèces sont sélectionnées pour leur productivité,
leur valeur alimentaire et leur appétence. Les résultats
des observations sont communiqués sur herbe-book.org.
Les espèces sont sélectionnées pour leur productivité,
leur valeur alimentaire et leur appétence. Les résultats
des observations sont communiqués sur herbe-book.org.
© GNIS PAUL DUTRONC

En France, aucune exploitation n’est identique, de même qu’aucune prairie !

Pour répondre à toutes ces attentes, 20 espèces et plus de 700 variétés sont mises à la disposition des éleveurs et ont été sélectionnées pour leur adaptabilité et leurs performances. Mais il faut bien les choisir. D’après le Gnis, les inspirations et initiatives des éleveurs ajoutent encore de la diversité à ce panel de modèles. En effet, les exploitations peuvent être des plus extensives aux plus intensives.

Tout ceci est lié à la richesse des sols et à la concurrence des cultures de vente à forte plus-value comme les légumes. Dans ces modèles, la place de l’élevage peut être prépondérante dans l’exploitation, ou partagée avec d’autres productions végétales. De plus, différentes démarches entreprises par les agriculteurs ajoutent encore davantage de diversité. C’est par exemple le choix d’adhérer au cahier des charges de l’agriculture biologique ou d’appliquer sur l’exploitation des mesures agro-environnementales ou encore de limiter le travail du sol dans le cadre d’une agriculture dite de « conservation des sols ». Tous ces systèmes mettent en évidence l’importance de la présence de l’élevage sur l’exploitation, des rotations et de la disponibilitéde la biodiversité domestiquée.

 

BIODIVERSITÉ DOMESTIQUÉE

Le terme « biodiversité domestiquée» est peu employé mais est essentiel. Il s’agit de la bonne connaissance de toutes les espèces et de leur variabilité intraspécifique, espèces dont on est capable de produire de la semence avec toutes les garanties génétiques et sanitaires pour l’utilisateur.

Cette « biodiversité domestiquée» s’enrichit grâce au travail du sélectionneur qui oriente celui-ci en fonction des besoins et exigences du futur, qu’il faut alors imaginer avec 15 ou 20 ans d’avance !

 

DES RÉPONSES ADAPTÉES

Pour chaque type d’exploitation, des espèces et des variétés fourragères sont disponibles. Ces espèces ont été sélectionnées d’abord sur trois critères, productivité, valeur alimentaire et appétence. Puis la sélection a permis d’estomper des défauts comme la vitesse de montaison chez le dactyle ou la rigidité des feuilles de la fétuque élevée.

 

OBSERVATIONS DANS DIFFÉRENTES ZONES GÉOGRAPHIQUES

Enfin, avant d’être mise en marché, chaque variété est testée pendant trois ans dans différentes zones géographiques : nord de la France, bordure maritime, l’ouest, zone d’altitude, zone continentale.

Ces trois années d’observations permettent d’établir le comportement spécifique de la variété. Les différents critères qui concernent les éleveurs sont alors notés et communiqués sur le site www.herbe-book.org. Aux éleveurs alors, et à leurs conseillers, d’analyser toute cette information pour choisir la variété la mieux adaptée face à une situation particulière, mais aussi d’associer espèces et variétés de façon la plus pertinente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole