Aller au contenu principal

Des échanges riches et directs.

Chaque année, l’AGPB organise une série de réunions régionales. En Normandie, elle a eu lieu le 7 janvier dans l’Eure.

A gauche, Philippe Heuzele, au centre, Eric Thirouin et à droite : Régis Chopin.
A gauche, Philippe Heuzele, au centre, Eric Thirouin et à droite : Régis Chopin.
© Florence Sellier

Pour Régis Chopin, administrateur AGPB et co-président de la section départementale grandes cultures de la FNSEA de l’Eure, c’est l’occasion d’instaurer un véritable débat entre les responsables syndicaux et les responsables économiques régionaux, de partager une vision et des solutions à mettre en place pour l’avenir des exploitations et de la filière céréalière.

Depuis quelques mois, la tension ne faiblit pas dans les exploitations céréalières françaises, avec une avalanche d’actualités rendant le climat complexe.

 

ZNT, UNE PERTE SUPPLÉ-MENTAIRE DE SURFACES

L’annonce intervenue le 20 décembre juste avant les fêtes pour application au 1er janvier 2020 est « insensée » pour Eric Thirouin, le président de l’AGPB. La profession s’est mobilisée pour élaborer les chartes riverains, participer à la consultation publique (qui a recueilli 55 000 contributions), et lors des actions syndicales, les revendications ont été portées. Une profonde incompréhension émane de la profession malgré des avancées dont la reconnaissance des chartes de bons voisinages initiées par la FNSEA. Les textes publiés sont inacceptables et difficilement applicables pour les agriculteurs. Des mesures de compensation technique et économique sont indispensables. Le combat syndical continue !

 

LA CERTIFICATION ENVIRONNEMENTALE : GAGE D’UN PACTE AVEC LA SOCIÉTÉ

L’AGPB est ainsi pleinement mobilisée sur les discussions de la future PAC, et notamment le futur Ecoscheme, le dispositif environnemental. Il est primordial que les céréaliers se positionnent dans les négociations européennes dès maintenant. Les céréaliers peinent à faire reconnaître leurs efforts, pourtant entrepris depuis de nombreuses années en faveur de la qualité de leurs grains, de l’environnement et du climat.

A ce jour, seule l’agriculture biologique est reconnue, à tort ou à raison, pour ses vertus. Il existe pourtant un champ d’investigation et de reconnaissance bien plus large entre ce type d’agriculture et l’agriculture dite conventionnelle. Pour reprendre la main sur leur avenir, les céréaliers français ont donc souhaité s’engageren masse vers un dispositif de certification environnementale sur la base du cahier des charges haute valeur environnemental (HVE), et largement salué lors des Etats Généraux de l’Alimentation de 2018. Mais cette rencontre fut aussi le temps pour Philippe Heuzele, président de France Export Céréales de faire le point sur la campagne d’exportations françaises 2019/2020. La campagne d’exportation de blé français démarre de manière dynamique. Des échanges avec les représentants des coopératives ont rappelé l’importance du travail de la filière dans la qualité des blés, la nécessité vers une plus grande fluidité des ventes pour répondre à la demande des clients. L’export pour la France est « un débouché vital »… Des messages que lespolitiques doivent entendre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole