Aller au contenu principal

Des céréales, du lait et des engagements.

LIONEL BOIS A NOTRE-DAME-DU-HAMEL La FNSEA 27, ce sont des femmes et des hommes engagés au service de l'intérêt général. Rencontre avec Lionel, céréalier, éleveur, syndicaliste, mais aussi engagé dans la vie locale et plus si affinités.

« Il faut descendre de nos tracteurs pour expliquer à nos concitoyens nos pratiques. Faire le mort n'est pas la bonne attitude ! »
« Il faut descendre de nos tracteurs pour expliquer à nos concitoyens nos pratiques. Faire le mort n'est pas la bonne attitude ! »
© TG

« Ma passion, c'est la plaine, mais j'adore soigner mes animaux tous les jours ». La vie de Lionel Bois est à l'image du cliché ci-contre : des vaches au premier plan, les cultures au second. Secrétaire général adjoint à la FNSEA 27, il est également vice-président de la section « lait », a été secrétaire général pendant 3 ans du syndicalisme majoritaire et élu Chambre d'agriculture. Ornais de naissance (Touquette), il a démarré dans le syndicalisme au pied de l'échelle en succédant naturellement à son beau-père à l'échelon communal.

 

Peu de pression foncière

L'ambiance professionnelle est bonne dans le Pays d'Ouche, « une région froide et séchante. Il n'y a pas trop de pression foncière dans ce coin et des fermes vont se libérer alors pas de guerre des prix ». C'est dans ce contexte que Lionel et sa femme Nathalie ont installé leur fils Damien en 2016. Leur belle-fille Noémie, salariée sur la ferme à travers un groupement d'employeurs, c'est pour bientôt.

L'exploitation va grossir en lait de 700 000 litres (70 vaches) à 900 000. Ce qui impose aussi de passer à 2 robots. Elle va se restructurer également et se rationaliser pour regrouper tous les animaux sur un même site. Le Gaec Bois Mineray croit donc en son avenir qui pourrait passer par une unité de méthanisation, mais « quelque chose qui nous ressemble, quelque chose à taille humaine, adaptée à notre structure donc qui valorise nos effluents d'élevage, insiste Lionel. J'en ai déjà parlé au maire et au second adjoint ».

 

Anticiper et savoir communiquer

L'anticipation et la communication, le B-a-ba du savoir-vivre ensemble. « Le syndicalisme, c'est bien sûr la défense économique de nos entreprises, mais ça va bien au-delà. C'est aussi l'image du métier que nous devons défendre. Savoir se faire entendre par l'administration pour diminuer, par exemple, la largeur des ZNT. La FNSEA 27 est structurée pour assumer ces différentes missions et c'est un travail d'équipe. Alors, vouloir être défendu sans cotiser, ça ne peut pas marcher longtemps ». Cet engagement syndical se conjugue au quotidien. Téléphone, visite à domicile, groupes WhatsApp (...), la famille Bois est connectée à son époque. « J'aime mon métier », résume Lionel. Il aime aussi se battre pour lui. L'affaire de tous, c'est ce qu'il appelle de ses voeux. En cette moisson compliquée, la solidarité a beaucoup compté pour limiter la casse, solidarité dans les champs et dans les têtes.

Un problème agricole local ? Vous pouvez joindre Lionel au 06 84 01 47 64.

 

Les petites phrases de Lionel

  • Je me suis installé en 1993 et suis devenu président cantonal en 2010. Rendre service et défendre des valeurs, ça m'allait très bien.
  • Mon fils est coprésident de JA 27, mais je ne l'ai jamais poussé. Ils forment un groupe de jeunes qui s'entendent très bien. C'est la relève.
  • Vouloir être défendus sans cotiser, ça ne peut pas marcher longtemps.
  • On comptabilise 400 producteurs de lait dans le département dont 4 dans ma commune, mais aussi 3 éleveurs de moutons dont un atelier de transformation de lait de brebis. Le Pays d'Ouche est une terre d'élevage.
  • Notre-Dame-du-Hamel est une commune dynamique de 200 habitants dont je suis le premier adjoint. On a la chance d'avoir encore une épicerie et un restaurant gastronomique.
  • Du temps de mon beau-père, la commune a comptabilisé jusqu'à 90 résidences secondaires : des Parisiens, des Rouennais, des Caennais... Il y en a un peu moins aujourd'hui et la cohabitation se passe plutôt bien, mais il faut expliquer nos pratiques. Par ailleurs, il y a encore beaucoup de prairies autour des habitations.
  • Ce qui nous a poussés à nous équiper en robot de traite, c'est le manque de personnel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole