Aller au contenu principal

DEROBEES FOURRAGERES

Autonomie protéique : les légumineuses comme solution ?

Une dizaine de participants a répondu présente, dont des agriculteurs du GIEE légumineuses de Normandie.
Une dizaine de participants a répondu présente, dont des agriculteurs du GIEE légumineuses de Normandie.
© LM

Plutôt que de choisir la luzerne ou le ray-grass, les dérobées à base de seigle et de trèfle peuvent être une bonne alternative pour produire des fourrages riches en matières azotées afin de diminuer les achats de concentrés. C’est la thématique développée lors de la porte ouverte Innov’action du mercredi 29 mars, à Roucamps (14).

 

C’est sous une météo bien normande, oscillant entre le soleil, la grisaille et la bruine, que s’est tenue la porte ouverte Innov’action des Chambres d’agriculture de Normandie, mercredi 29 mars, à Roucamps réalisée avec le soutien de la Région Normandie. C’est ici, sur les terres de l’EARL Delamarre, qu’une rencontre autour des dérobées fourragères a eu lieu.

La problématique était de dessiner des « leviers pour gagner en autonomie sur les concentrés et la fertilisation azotée », explique d’entrée de jeux David Delbecque, responsable de l’antenne de Vire de la Chambre d’agriculture, en lien avec le GIEE « légumineuses de Normandie » porté par l’Association pour une agriculture normande autonome (Apana).

 

NE PAS SEMER TROP TOT

Sur ses parcelles balayées par le vent, Cédric Delamarre a implanté, en lien avec la Cran et Barenbrug qui a fourni certaines semences, quatre compositions variétales différentes. « Je ne fais pas de dérobées fourragères en temps normal, mais de la luzerne. Avec la sécheresse de 2022, la récolte de fourrages a été faible. J’ai fait face grâce au report de stocks que j’avais déjà », explique-t-il. Les dérobées succèdent ici au blé et elles précèdent un maïs. L’exploitant a déchaumé en août, avant d’apporter du lisier le 9 octobre. Un deuxième déchaumage est intervenu le 10 octobre et les semis ont été implantés le 12 octobre. « Il ne faut pas semer trop tôt, sinon vous risquez d’avoir des dérobées très avancées au début de l’hiver et dont la pousse de printemps pâtit de leur stade prématuré », suggère Sarah Cavenel, conseillère agronomie et cultures des Chambres, à la dizaine de participants. Même si elle reconnaît aussi la difficulté de semer tard vis-à-vis des dates de SIE. Un roulage a été effectué avant et après semis.

 

SEIGLE, TREFLE, AVOINE, POIS…

La première bande est composée de seigle fourrager et de trèfle incarnat avec une densité de semis de 63 kg/ha (50 kg de seigle et 13 kg de trèfle). La deuxième bande est composée de 40 % de seigle forestier, de 20 % de seigle fourrager, de 15 % de vesce commune, de 10 % de vesce velue, de 10 % de trèfle incarnat et de 5 % de trèfle de perse pour une densité de semis de 45 kg/ha. Pour déterminer la qualité de la structure du sol, un bloc de terre a été prélevé. « La structure est grumeleuse, il n’y a pas d’angle cassant. Les racines semblent bien perforer le sol. On voit les nodosités du trèfle », constate positivement Sarah Cavenel. Quant à la troisième composition, elle est constituée de 30 % d’avoine d’hiver, de 45 % de pois fourragers, de 15 % de vesce commune et de 10 % de trèfle incarnat pour une densité de semis de 66 kg/ha. C’est celle qui est la plus dense. Pour autant, avec une vesce dominante, inégale et un pois fourrager peu présent, « elle ne donne pas envie pour l’instant à cause du démarrage tardif », constate Sarah Cavenel.

 

« L’AUTONOMIE PASSE PAR LES LEGUMINEUSES »

C’est finalement la quatrième bande, sur une autre parcelle, qui a retenu l’attention du groupe. « Si je suis amené à refaire des dérobées fourragères, l’essai me permet de voir ce qui est le plus adapté sur ma ferme », concède Cédric Delamarre. La meilleure option semble être la quatrième parcelle d’essais, à savoir un mélange de 60 % de seigle forestier, de 17 % de vesce commune, de 10 % de vesce velue, de 10 % de trèfle incarnat et de 5 % de trèfle de micheli pour une densité de 37 kg/ha et un coût d’implantation de 95 €/ha. « Avoir des dérobées riches en légumineuses permet d’avoir une autonomie fourragère plus élevée, confirme David Delbecque. Selon le pourcentage de légumineuses présent lors de la récolte, le taux de MAT du mélange devrait être supérieur à 16 % (contre 12 à 15 % pour les RGI-TI habituellement). »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole