Aller au contenu principal

Dégâts de gibiers : un combat chasseurs-agriculteurs.

Plombés par les indemnisations versées au titre des dégâts de gibiers, les comptes de la Fédération des Chasseurs de l'Eure, qui tenait le 1er avril dernier son assemblée générale, sont mis à mal. « C'est collectivement, agriculteurs et chasseurs, que nous arriverons à faire baisser les dégâts », exhorte son président Dominique Monfilliatre.

Députés, sénatrices, élus du Conseil Départemental et Régional, maire d'Evreux, préfet (...), l'assemblée générale de la Fédération des Chaseurs de l'Eure a presque fait un carton plein en termes de participation. Avec 16 000 détenteurs du permis dans le département, ils sont représentatifs de la ruralité.
Députés, sénatrices, élus du Conseil Départemental et Régional, maire d'Evreux, préfet (...), l'assemblée générale de la Fédération des Chaseurs de l'Eure a presque fait un carton plein en termes de participation. Avec 16 000 détenteurs du permis dans le département, ils sont représentatifs de la ruralité.
© TG

Si côté produits, les comptes financiers de la Fédération des Chasseurs de l'Eure observent une relative constance, à contrario côté dégâts, 2022 se traduit par une perte historique de - 741 kEUR. En cause, l'envolée du prix des denrées agricoles sur lequel est indexé le montant des indemnisations. Elles ont explosé avec le conflit en Ukraine. Si la Fédération a les reins suffisamment solides pour passer le cap, avec l'Etat à la rescousse à hauteur de 297 125 EUR, « cela ne pourra pas durer. En deux ans, nous avons utilisé 700 000 EUR de nos réserves », a constaté Dominique Monfilliatre, président de la FDC 27. L'objectif chiffré de surfaces de dégâts en moins a été annoncé au cours de l'assemblée générale. « - 20 à - 30 % » sachant « qu'en 2023-2024, l'Etat ne nous donnera rien. C'est collectivement, agriculteurs et chasseurs, que nous y arriverons », a exhorté le patron des Chasseurs. Pas de recette miracle pour limiter la casse, mais quelques changements d'habitudes et des réflexes à acquérir. « Maïs + maïs à côté d'une forêt, il faut y mettre un frein en concertation avec la profession agricole ». Ou bien encore « contactez-nous si vous connaissez des zones peu ou pas chassées, de vraies réserves à sangliers. Dans certains départements, cela peut atteindre jusqu'à 30 % ».

 

UNE PLACE DANS L'ECOSYSTEME

Si la régulation des populations de gibiers constitue un enjeu financier pour les chasseurs et les agriculteurs, l'enjeu sécuritaire (avec les accidents de la route) et celui sanitaire (en cas d'épizootie) sont également en ligne de mire. « Les chasseurs ont une place prépondérante dans l'écosystème, assure le préfet Simon Babre. Vous êtes les premiers garants de la pérennité de votre activité dans le respect de vos pratiques ». En creux de cette petite phrase, le système d'information sur les armes à feu, « les délais courent », et surtout les accidents de chasse médiatiquement sismiques. « Huit accidents mortels en 2021, 6 en 2022. Pendant ce temps, 244 morts à vélo et 34 à trottinette. En 20 ans, on a divisé par 5 le nombre d'accidents de chasse mortels », tentent de se convaincre les défenseurs d'une tradition séculaire pour convaincre aussi les non-chasseurs. Un exercice périlleux, voire insoluble, car un seul accident mortel, c'est déjà trop surtout quand la victime est un randonneur. Les chasseurs, en responsabilité, en ont bien conscience, mais condamnent la stigmatisation dont ils sont victimes de la part de quelques bien-pensants. La caricature aussi. « Sandrine Rousseau a insinué que les chasseurs étaient des auteurs de féminicide en puissance, ça se terminera devant les tribunaux ».

Du côté du Sénat, ça rue aussi dans les brancards avec des propositions législatives qui font bondir comme des jours de non-chasse, le dimanche ou durant les congés scolaires. Le meilleur moyen de tuer la chasse et d'empêcher le lien transgénérationnel autour d'une activité nature.

« Soyons fiers d'être chasseurs et soyons fiers de nos valeurs, invite Dominique Monfilliatre insistant sur un autre point : à tous ceux qui veulent nous limiter à la régulation, je dis NON ! La chasse est une passion, la régulation une conséquence et pas une cause ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole