Aller au contenu principal

Décryptage de la PAC 2023

Comment faire mon assolement, question que se posent tous les agriculteurs en cette fin de moisson ? Les derniers arbitrages du Plan Stratégique National viennent de tomber au beau milieu de l’été et … de la moisson. La nouvelle PAC entrera bien en vigueur en 2023, suite à l’accord trouvé entre l’Etat français et la Commission européenne le 15 juillet dernier et il sera officialisé dans quelques semaines

Comme aujourd’hui,pour percevoir les aides PAC, les exploitants devront respecter les règles liées à la protection de la santé tant en production animale que végétale, au bien-être animal, à la protection des oiseaux sauvages et à la protection des eaux, ainsi qu’aux bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE). Les règles de la conditionnalité sont donc globalement maintenues et ont été renforcées, puisque les règles liées au paiement vert/verdissement (taux de SIE, diversité des cultures, maintien des prairies sensibles) intègreront la conditionnalité, sur le même principe, mais avec des modalités différentes.

DÉROGATIONS « JACHÈRE » ET « ROTATION DES CULTURES » POUR 2023

La Commission européenne a fini par céder à la pression des ministres de l’Agriculture qui réclamaient ces mesures depuis quelques semaines. Elle a autorisé, le 22 juillet dernier, la possibilité de déroger aux règles de la rotation (BCAEn°7) et au retrait de 4 % des terres arables de la production (BCAE n°8) pour la campagne 2023. Bien qu’elle « salue cette décision de la Commission européenne », la FNSEA « déplore que le maïs et le soja ne puissent être cultivés sur ces terres déclarées en jachères ». Les textes officiels entérinant ces dérogations sont parus le 27 juillet.

En 2023, rotation des cultures sur 35 % des surfaces en culture de plein champ

Pour respecter la conditionnalité des aides, il faudra donc s’assurer qu’il y aura au moins 35 % des surfaces avec une culture différente à celle de l’année précédente. Ce qui laisse la possibilité de blé sur blé sur les 65 % des autres surfaces de terres arables (hors jachères et herbe). Et il sera également possible pour tous ceux qui sont en monoculture de continuer leurs pratiques à condition d’avoir un couvert hivernal sur la totalité des surfaces.

En 2023, reconduction de la dérogation Ukraine, où il sera possible de déclarer des cultures sur les 4 % des surfaces non productives.Cependant, nous ne savons pas si cette jachère « dérogation Ukraine » 2023 pourra être comptabilisée dans la grille de points pour la voie des Eco-régimes de « diversification des cultures ». Nous attendons des précisions dans les semaines à venir.

LE VERDISSEMENT EST REMPLACÉ PAR LES ECO-RÉGIMES

Dans la nouvelle PAC, le verdissement va être remplacé par les Eco-régimes, qui représentent environ 25 % des aides perçues précédemment. Les agriculteurs qui ne rentreront pas dans les critères permettant de bénéficier des Eco-régimes, perdront ces 25 % d’aides. En revanche, ceux qui pourront respecter les critères percevront les mêmes aides qu’avant, voire un peu plus.

COMMENT ACCÉDER À L’ÉCO-RÉGIME ?

Il y a trois options possibles au choix. La première voie d’accès est la voie de la diversification des cultures sur la base d’une grille de points. Avec quatre points, les agriculteurs percevront le niveau de base d’environ 50 €/ha et avec cinq points, le niveau supérieur d’environ 70 €/ha. Pour les exploitants qui n’atteindraient pas le nombre de points suffisant, il existe deux autres possibilités d’activer l’éco-régime.

La voie « Biodiversité et paysage » : une exploitation, qui justifiera de 7 % de surfaces sans production sur sa SAU, aura la possibilité d’atteindre le montant de base d’environ 50 €/ha ; et avec 10 % des surfaces non productives, l’accès au montant supérieur (70 €/ha).

Enfin, il y a une troisième voie sur laquelle l’AGPB s’est beaucoup investie qui permet d’éviter des surfaces improductives et de reconnaître la qualité de l’agriculture française : c’est la voie de la « certification environnementale ». Cette reconnaissance de la certification environnementale de niveau 2 + est en cours de finalisation. Elle permet d’atteindre le montant de base de 50 €/ha. Le niveau 3 de la «haute valeur environnementale» (HVE), permet quant à lui de bénéficier du niveau supérieur (70 €/ha).

Le référentiel HVE est en cours de révision. Pour les agriculteurs qui sont déjà certifiés, leur certification sera valable pour la récolte 2023. Pour ceux qui ne sont pas encore certifiés, ils devront appliquer le nouveau cahier des charges à partir du 1er octobre. Tous les détails devraient être précisés dans quelques semaines.

Pour l’agriculture biologique, il y aura un complément de 30 € /ha (soit à environ 100 €/ha).

« Les négociations auxquelles la FNSEA et les associations spécialisées ont pris part ces derniers mois ont permis de trouver un équilibre acceptable, même s’il est toujours possible de faire mieux, avait précisé le président de l’AGPB. Le 2nd pilier a été renforcé pour financer, notamment des MAEC zones intermédiaires, le nouveau dispositif assurance récolte en cours de finalisation ou l’aide à l’investissement pour le secteur des grandes cultures. Autre sujet de mobilisation intense : la nouvelle conditionnalité reprend le verdissement actuel à des conditions acceptables pour tous. Notre ambition était de surtout ne laisser personne au bord du chemin. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole