Aller au contenu principal

De la friteuse à l'industrialisation en passant par le pilote.

Extraire le pigment bleu du pastel des teinturiers, un process sur lequel travaillent depuis plusieurs années Aurore Cottrel et Arnaud Besnier, respectivement présidente et directeur général de Blue & Pastel. Hier, c'était à la friteuse. Demain, on passera à la phase industrielle. Entre les deux, un pilote unique en France a été officiellement inauguré le 14 octobre dernier à Villers-sur-Mer (14).

Le pilote est capable de produire 800 kg de pigment bleu par an (objectif 2023). Dans la phase industrielle, on tutoiera les 20 t/an.
Le pilote est capable de produire 800 kg de pigment bleu par an (objectif 2023). Dans la phase industrielle, on tutoiera les 20 t/an.
© TG

Et un trou de moins dans la raquette de la réindustrialisation textile normande. On produit les matières premières : le lin et le chanvre (que l'on sait aujourd'hui récolter) de façon résiliente et avec très peu d'intrants. On sait les teiller et désormais les filer grâce à la French Filature de NatUp (à St-Martin-du-Tilleul dans l'Eure). Ne manquait plus que le colorant naturel. Le chainon manquant répond désormais présent grâce à une unité pilote capable de produire 800 kg/an de pastel des teinturiers (la production hexagonale actuelle est d'environ 300 kg). Dans sa version industrielle, la capacité de production atteindra les 20 t/an.

 

LES MAINS DANS LE CAMBOUIS BLEU

Fût-il bleu, Aurore Cottrel et Arnaud Besnier ont les mains dans le cambouis depuis plusieurs années. Cinq ans pour Aurore originaire de Picardie, 3 ans pour Arnaud agriculteur et chef d'entreprise (ETA AGB à Villers-sur-Mer-14). Après avoir mûri le projet, premières expérimentations à la friteuse en 2020. On passe à la pompe en 2021 pour aboutir en 2022 à une unité pilote. 4 kg de pastel extrait la première année, 50 kg en 2022, 800 kg l'an prochain grâce à un protocole d'extraction optimisé et innovant qui permet de produire à grande échelle un pigment naturel bleu nuit, l'indigo issu des feuilles. Sur le process, on n'en saura guère plus. Aurore et Arnaud conservent jalousement leurs secrets de cuisine. Tout juste lâchent-ils que les feuilles sont récoltées à l'autochargeuse puis lavées et infusées. L'oxygénation est à l'origine de la couleur marron du jus que le temps, la chaleur, le niveau de pH et sans doute d'autres savoir-faire feront virer au bleu. « Quoi de plus beau que de sortir du bleu d'une feuille verte, c'est magique », s'amuse Aurore. Arnaud est plus pragmatique : « le lancement de cette filière bleu de Normandie, en association avec la filière textile normande, a tout son sens. Nous allons améliorer notre bilan carbone et offrir la possibilité aux agriculteurs de se lancer dans une nouvelle culture ». Le chiffre de 230 ha à terme a été évoqué. Si l'on y ajoute le chanvre, l'après-betterave prend corps peu à peu.

 

UN FONDS STRATEGIQUE AUTOUR DU LIN

« On produit de la matière première et on l'envoie en Chine pour récupérer le produit fini », déplore Hervé Morin. C'est pourquoi le président de Région applaudit cette initiative des deux mains et soutient « cette réémergence d'une filière textile locale », avec le lin en tête de pont. A ce titre, la création d'un fonds stratégique pour garantir l'approvisionnement en matière première est dans les cartons de l'exécutif régional. Au-delà, « chaque nouvelle culture apporte de la plus-value à notre territoire. Je pense au chanvre, au houblon, à la vigne (...) ». Il faut désormais y ajouter le bleu pastel normand qui servira peut-être à recoloriser la Tapisserie de Bayeux. La plus belle façon sans doute de boucler la boucle et la meilleure réponse aux 800 000 t de colorants synthétiques fabriqués chaque année dans le monde et qui seraient responsable de 20 % de la pollution de l'eau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole