Aller au contenu principal

De bonnes conditions pour les céréales cette année.

En Normandie, les conditions météorologiques douces de cet automne ont permis de semer les céréales dans de bonnes conditions dans la majorité des cas.

© PIXABAY

Les dernières implantations sont intervenues sereinement en novembre. Les céréales se sont développées rapidement cette année, sous l’effet des températures particulièrement douces et l’absence d’excès d’eau dans les sols. Dès fin septembre, les semis les plus précoces ont débuté en Haute-Normandie. Le cumul de précipitations en octobre sur ce secteur est proche de la médiane des cinquante dernières années, avec toutefois une concentration sur la première décade. Dans ces conditions, une deuxième vague de semis s’est concentrée autour du 15 octobre. Quant au mois de novembre, il a été très sec, ce qui a permis la réalisation des désherbages et des protections insecticides.

 

TEMPÉRATURES DOUCES

Pour l’ensemble de la région Normandie, les températures automnales observées ont été très douces et supérieures à la médiane, favorisant le développement rapide des céréales. Les semis les plus précoces sont actuellement en plein tallage. Cette douceur a eu également des conséquences sur le développement des adventices et l’activité des ravageurs d’automne.

Dans la plupart des parcelles, les désherbages d’automne ont pu être réalisés dans des conditions satisfaisantes, grâce aux larges fenêtres d’intervention possibles en novembre. Les semis les plus précoces (septembre - début octobre) ont parfois déjà reçu deux passages herbicides, en situation de flore graminée abondante. Pour ces parcelles, des marques de phytotoxicités sont parfois observées. Ces marquages s’expliquent par les importants abats d’eau survenus après les semis ou juste après les désherbages de post levée mi-novembre. Ces phytotoxicités seront la plupart du temps sans impact sur la culture puisque celle-ci bénéficie actuellement de conditions saines (pas d’excès d’eau dans les parcelles) et qu’elles surviennent sur des céréales jeunes, ayant des facultés de récupération et de compensation. Les céréales devraient être en capacité de détoxifier assez rapidement et de continuer leur cycle de développement.

En Haute-Normandie, des manques d’efficacités sont parfois constatés pour les passages de post levée réalisés sur novembre. Ceci peut s’expliquer par deux phénomènes. En premier, le peu de pluie après des applications réalisées sur des sols secs. Dans ces situations, il convient d’attendre au moins 4 semaines après pour évaluer leurs efficacités. En fonction des résultats observés, une nouvelle intervention pourra être planifiée si nécessaire. En second, le décalage à la suite des pluies d’octobre du passage de post levée, souvent en rattrapage de la prélevée sur des semis très précoces. Le désherbage a donc eu lieu sur des stades de graminées (vulpins, ray-grass) déjà bien développés. Dans ce cas, il faut envisager un nouveau rattrapage avec des herbicides foliaires, à condition que ces produits fonctionnent encore sur la flore graminée. Dans les parcelles où cette flore est difficile à maîtriser, il conviendra d’ajuster la conduite pour les prochaines campagnes et d’actionner l’ensemble des leviers agronomiques (rotation, faux-semis, décalages de dates de semis…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole