Aller au contenu principal

CTLN : se dépêcher d'avancer pour répondre au marché.

La CTLN (Coopérative de Teillage du Plateau du Neubourg) a tenu sa 75e assemblée générale le 11 janvier dernier. Son président, Pascal Prévost, a souhaité aux liniculteurs « une bonne année 2024 », mais a exhorté chacun à se dépêcher car « il serait dommage que le marché perde patience ».

Pascal Prévost (président de la CTLN) entouré d'Olivier Guenier (vice-président) et Bertrand Coulier (directeur général). Le sourire s'impose : « on a investi dans un outil neuf au bon moment et qui est prêt à servir la génération qui nous suit ».
Pascal Prévost (président de la CTLN) entouré d'Olivier Guenier (vice-président) et Bertrand Coulier (directeur général). Le sourire s'impose : « on a investi dans un outil neuf au bon moment et qui est prêt à servir la génération qui nous suit ».
© TG

Les cours du lin n'arrêtent pas de crever le plafond sous l'effet d'un manque de volumes suite à plusieurs récoltes consécutives décevantes, plus particulièrement en lin de printemps, et à une demande soutenue sur le marché international. L'un compense l'autre, voire même fait mieux, mais faut-il pour autant s'en satisfaire ? « Le déséquilibre offre/demande génère des inquiétudes auprès des filateurs. Quelles seront les limites de prix des produits en lin pour le consommateur ? », s'est interrogé Pascal Prévost en conclusion de son rapport moral. Et le cru 2023 ne va pas freiner la tendance. «  Sans remuer le couteau dans la plaie, le poids paille estimé sera l'un des plus faibles de ces 30 dernières années avec 1 à 5 t/ha de paille et pas plus de 600 kg/ha de fibre. Une récolte au rouissage rapide, voire avec du sur-rouissage, et 90 % d'enroulage au 20 août », a commenté le président de la CTLN.
Un cru 2023 qui fait suite à un cru 2022 où la production de fibre avait déjà chuté de 30 % sans pour autant impacter le revenu. La recette 2021 à 7 000 EUR /ha pourrait même être dépassée...

Malgré ce contexte, la coopérative, « encore une jeune fille de 75 ans », se porte à merveille avec un CA (chiffre d'affaires) de 66 MEUR (en hausse de 63 % versus 2022) et un « excédent permettant de conforter nos fonds propres ». Le commissaire aux comptes, Bertrand Blois, y est même allé de son envolée lyrique : « à ce rythme, le milliard sera atteint dans 5 ans 1/2 ».

 

DES FONDS PROPRES CONFORTÉS
Et si tout va bien dans ce qui n'est pourtant pas le meilleur des mondes, c'est notamment parce que les deux unités de teillage fonctionnent parfaitement. « Le cap des 20 000 heures est dépassé depuis juin ». Autre explication avec un important stock de report qui permet d'alimenter l'outil, même en cas de disette. On ne pavoise cependant pas du côté de Le Neubourg sachant que le report peut s'épuiser faute de réapprovisionnement suffisant. Par ailleurs, Bertrand Coulier (directeur général) et Pascal Prévost ont listé quelques points faibles générateurs d'inquiétudes pour demain. Tout d'abord, l'augmentation des charges : main-d'oeuvre avec l'inflation.
D'électricité, même si avec « + 67 %, on est un peu passé entre les gouttes ».  Une problématique « poussière » où « le port du masque reste envisageable dans certaines circonstances mais signifie une source d'attractivité en moins pour le métier ». L'approvisionnement en semences et « une réflexion à mener pour sécuriser le dossier »...

 

LE CHANVRE TEXTILE DANS LE VISEUR
Le marché des fibres de lin est en pleine expansion, mais la pénurie actuelle, due aux aléas climatiques, pourrait trouver une réponse avec d'autres fibres naturelles, comme le chanvre que la coopérative a décidé d'explorer. « C'est pourquoi nous sommes actifs sur le sujet en nous constituant nos propres références. Il reste des verrous techniques à lever. Il est encore trop tôt pour émettre un avis objectif sur sa rentabilité », avance prudemment Pascal Prévost.
Au tableau noir, Christophe Burel (directeur adjoint) a dressé un point d'étape tout en pédagogie et transparence. Plusieurs étapes ont été franchies.
La première : pouvoir récolter avec l'acquisition d'une faucheuse automotrice grâce au soutien financier de la Région et de l'Agence de l'Eau.
Ensuite, la mise en place des surfaces : 66 ha sur 24 parcelles et la récolte, avec la problématique de l'accessibilité de certaines parcelles. D'autres sont en cours comme la réception et le teillage.
A venir, la commercialisation puis l'évaluation de la rentabilité pour enfin pérenniser la sole du chanvre textile dans l'Eure. Une sole qui devrait osciller entre 150 et 190 ha en 2024. Sur le dossier lin comme celui du chanvre textile, le préfet s'est montré très attentif. « On sait vos préoccupations et on partage votre stress. Vous êtes aux avant-postes du changement climatique », a souligné Simon Babre, invitant les liniculteurs à « amplifier l'écosystème du lin à travers, par exemple, Territoire d'industrie ou bien encore France 2030, véhicules de subventions de l'Etat doté de 55 MEUR avec des thématiques assez larges. Insérez-vous dans ces dispositifs ». Fin de citation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole