Aller au contenu principal

CSP : l'accent est mis sur le désherbage mécanisé.

Déchaumer rapidement après la moisson, semer en décalé ou privilégier les rotations sont autant de conseils donnés aux agriculteurs présents à l'occasion de la journée CSP en collectif, organisée par Littoral Normand, mardi 28 novembre, à Giverville dans l'Eure.

« Le déchaumage après moisson est l'un des leviers déjà pas mal pratiqué mais j'encourage l'utilisation de houe rotative ou de herse
étrille », insiste Alexis Villeneuve, conseiller référent grandes cultures chez Littoral Normand.
« Le déchaumage après moisson est l'un des leviers déjà pas mal pratiqué mais j'encourage l'utilisation de houe rotative ou de herse
étrille », insiste Alexis Villeneuve, conseiller référent grandes cultures chez Littoral Normand.
© Ludivine Angé

« L'objectif du plan écophyto est de réduire, d'ici 2030, l'utilisation des produits phytosanitaires de 50 %. Ça va venir vite », a rappelé Alexis Villeneuve, conseiller référent grandes cultures chez Littoral Normand, à l'occasion d'une journée de Conseil stratégique phytosanitaire (CSP), mardi 28 novembre à Giverville dans l'Eure, qui a rassemblé une quinzaine d'agriculteurs. L'accent a été mis sur l'utilisation du désherbage mécanique et l'application de leviers agronomiques pour limiter l'apparition d'adventices sur les cultures.

DU LABOUR...
Première étape : le labour occasionnel. « 3 à 4 ans sans labour permet de réduire le stock en jouant sur le Taux annuel de décroissance », explique Alexis Villeneuve. Pour le vulpin (la profondeur optimale de germination est de 1,5 cm), un travail du sol superficiel sur les cinq premiers centimètres favorise sa levée. « En revanche, un labour de 20-25 cm empêche la germination d'une grande partie du stock semencier de cette adventice », prévient-il. Le déchaumage derrière la moisson permet de profiter de l'humidité résiduelle pour faire lever les graines de l'année et les repousses du précédent. « Il est possible aussi de passer le roto étrille ou la houe rotative. L'action des dents ainsi que l'angle des disques vont soulever une fine couche de terre et ainsi détruire les adventices par déracinement ou par recouvrement. Pensez aussi aux rotations des cultures ! »

...DES HAIES
Les parcelles trop petites empêchent d'obtenir un bon rendement, idem pour les parcelles trop grandes, qui « favorisent l'explosion de parasites liée à l'éloignement des haies. Préférez des pièces de 3 à 12 ha maximum qui aideront au développement de la biodiversité ».
Charmes, saules et érables sont à privilégier au même titre que « les bandes fleuries tardives, dotées de bleuets qui attirent les insectes même avant la floraison ». C'est l'un des leviers pour baisser la pression en insectes ravageurs, « qui est notamment travaillé par l'ITB (institut technique de la betterave) pour faire face aux pucerons..., précise Alexis Villeneuve. Les phytos vont baisser, qu'on le veuille ou non. Les coûts d'un désherbage chimique et d'un désherbage mécanique se valent. Oui, on passe plus de temps à désherber mécaniquement, mais si on compte le temps qu'on passe à remplir et nettoyer le pulvé, ça revient au même. Je conseille aux agriculteurs de se renseigner dès maintenant sur ce qu'il est possible de mettre en place chez eux. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole