Aller au contenu principal

Croissance confortable pour le colza en Normandie.

Les voyants « biomasse » et « qualité des pivots » sont au vert dans une majorité des secteurs. Les gros colzas pourraient bientôt perdre des feuilles. Pour maintenir le cap, il faut rester vigilant quant à l’évolution des infestations de larves d’altises.

© PIXABAY

Les levées précoces, les reliquats azotés élevés et les cumuls de températures,tout particulièrement entre le 20 octobre  et le 25 novembre, ont profité à la culture. Les biomasses des colzas en Normandie et Ouest Ile-de-France sont dans la moyenne haute de ces dernières années (autour de 1,5 kg/m²pour les données collectées à ce jour). Les implantations automnales sont dans l’ensemble très correctes, à l’exception de certains secteurs du sud Ile-de-France et Perche ornais qui ont crucialement manqué d’eau en fin d’été. Les pivots sont de bonne qualité avant le repos hivernal. L’élongation automnale (le plus souvent < 4 cm) est observée dans de nombreuses situations. Il faut dire que les peuplements semblent assez denses cette année, sans doute en lien avec des peuplements jugés trop clairs la campagne dernière.

La progression des infestations de larves d’altises est observée en Normandie notamment, à la faveur des températures douces de novembre. En moyenne, entre 30 et 50 % des parcelles sont au seuil de risque d’après les derniers BSV. On note cette année que les traces sur pétioles ne reflètent pas toujours systématiquement le réel niveau d’infestation (larves très « baladeuses » en novembre ou présence de larves de diptères). Les colzas sont très développés et ne présentent généralement pas de signe de faim d’azote. C’est un atout indéniable pour limiter les dégâts ultérieurs conditionnés par la présence de larves durant l’hiver, la dynamique de croissance hivernale puis les conditions de reprise/début montaison.

 

UN MOIS DE NOVEMBRE DOUX ET PEU ARROSÉ

Les applications de propyzamide (Kerb Flo, Ielo…) pour gérer les graminées ont débuté. Les bonnes conditions (pluie et baisse de température) se sont fait attendre, le mois de novembre ayant été doux et peu arrosé (moins de 25 mm cumulés en novembre dans de nombreuses secteurs du 27, 61 et Ile-de-France). Les adultes d’altises d’hiver ont été surtout actifs du 20 septembre jusqu’au 20 octobre, touchant essentiellement les colzas levés tardivement. Les colzas germés avant le 1er voire 5 septembre ont cette année esquivé les attaques insurmontables. Les pucerons verts ont été relativement peu présents cet automne. Comme depuis 3 ans, la fin d’été 2020 a été propice aux mouches du chou dans plusieurs secteurs. L’obtention de gros pivots avant hiver réduira les impacts qui restent le plus souvent superficiels.

Sous forme de foyers d’infestations, et de façon localisée, la hernie des crucifères est signalée dans certaines situations (pays d’Ouche, pays de Caux, bocage Calvadosien), y compris dans des parcelles n’ayant pas reçu de colza depuis longtemps. Le pathogène ne concerne quequelques parcelles. Les macules de phoma sont fréquentes cette année mais ne présagent pas pour autant de dommages réels pour les variétés TPSphoma. La cylindrosporiosea été signalée par endroit, il faudra surveiller attentivement son évolution en sortie hiver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole