Aller au contenu principal

Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.

Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24 janvier, au Gouvernement d’une plateforme de 100 propositions pour sortir de la crise.

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
© TG

« Dignité, juste rémunération et rétablissement de conditions d’exercice du métier acceptables  ».
Tels sont les trois principaux messages que les deux syndicats majoritaires, FNSEA et JA, ont fait passer à l’exécutif mercredi 24 janvier dans un document qui ne recense pas moins de 100 propositions. « Tous les indicateurs de souveraineté alimentaire montrent que nous décrochons ; des décisions de relance de la production sont impératives ! », insistent les deux syndicats agricoles. Parmi les urgences, ils pointent « des réponses immédiates à apporter sur la rémunération », avec « un respect absolu des lois Egalim » via des contrôles renforcés sur tout le territoire ; la garantie de la compensation intégrale pour tous sur le gasoil non routier (GNR) ; le paiement immédiat de toutes les aides PAC « quelles que soient les raisons du non-paiement », ainsi que « le paiement dans les plus brefs délais de l’ensemble des indemnisations sanitaires et climatiques (MHE, tuberculose, grippe aviaire, inondations, etc.) dues par l’État  » et leur défiscalisation. Le document qui veut faire de l’élevage une cause nationale, demande aussi à l’État de soutenir les secteurs actuellement en difficulté, comme la viticulture et l’agriculture biologique. Pour ce dernier secteur, il semble que les 60 millions d’euros dégagés par le ministère de l’Agriculture au printemps 2023 n’aient pas suffi.

CONDITION SINE QUA NON
FNSEA et JA interpellent aussi l’exécutif sur toutes les surtranspositions. Cela concerne en particulier le retrait de l’arrêté plan eau de juin 2021, le refus du zonage « Zones humides » du ministère de la Transition écologique, le rejet en bloc des zones de non-traitement et naturellement, l’accélération des projets de stockage d’eau. Portés par les revendications de leur base, les deux syndicats demandent aussi de «  sortir des incohérences du Green Deal et de la planification écologique ». Ce qui permettait de cultiver les 4 % de jachères, de sortir les volailles et les porcs de la directive européenne « Émissions industrielles » (IED).
La FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions : connaissance et expertise des espèces, appui aux politiques publiques et gestion des espaces protégés. Il faut « placer l’action de l’OFB sous l’autorité des préfets, désarmer les agents de l’OFB et inscrire leurs interventions sous le signe de la pédagogie », insiste le document. Également dans leur collimateur : l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), trop indépendante aux yeux des agriculteurs. « Il faut la placer sous l’autorité politique », plaident-ils. Le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau et celui de JA, Arnaud Gaillot se sont rendus le 25 janvier dans l’Yonne pour soutenir leurs adhérents sur le terrain. L’occasion pour eux de marteler ces messages en attendant de connaître les décisions gouvernementales. Les deux responsables syndicaux ont d’ailleurs prévenu le Gouvernement : « cette centaine de propositions n’est pas une base de négociation ». La reprise intégrale de cellesci est une condition sine qua non pour aboutir à une sortie de crise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole