Aller au contenu principal

Coup de chaleur sur la moisson.

La moisson bat son plein dans l’Eure, mais plusieurs incendies ont ravagé une centaine d’hectares de récolte.

Plusieurs incendies ont touché des parcelles de l’Orne et du Calvados au début du mois.
Plusieurs incendies ont touché des parcelles de l’Orne et du Calvados au début du mois.
© PASCAL LAIGNEL

Le plus important incendie qui a ravagé cent hectares d’orge concernait Chambord le 8 juillet, dans le sud du département, le départ de feu ayant eu lieu dans l’Orne. Il y a eu cette semaine-là quatre départs de feu dans l’Orne et deux dans l’Eure. La dernière fois qu’il y a en a eu de cette ampleur, c’était il y a trois ans. D’autres départs moins importants ont eu lieu cette semaine, dont 6 ha le 15 juillet à Vernon.

L’EFFET PIERRE À FEU

Pascal Laignel est expert agricole et foncier. Il travaille dans l’Orne, le Calvados, l’Eure et la Seine-Maritime. « Les départs de feu sont souvent liés à des frottements métalliques, à des étincelles qui partent sous la coupe », relate-t-il. « Le risque est accru dans des sols pierreux par rapport à des terres en limons profonds. Si la lame de la moissonneuse batteuse ou les patins, qui règlent la hauteur de coupe optimum, frottent des silex, il y a un effet pierre à feu. C’est ce que l’on voit le plus souvent ». Et là, les exploitants ont beau faire preuve de vigilance, lorsque la végétation est sèche comme c’est le cas cette année dans cette partie de la Normandie, l’incendie prend très vite. Seul moyen, selon Pascal Laignel, pour éviter sa propagation, « avoir un déchaumeur à disques à proximité, pour mélanger la terre et les débris de végétaux. Cela fait coupe-feu. » L’expert rappelle tout de même les précautions de base : vigilance, extincteur en état demarche, matériel soufflé au compresseur régulièrement. « Les situations ubuesques sont à la marge. La majorité des agriculteurs sont responsables ». Autre conseil : avoir à disposition une tonne à lisier pleine d’eau pour les pompiers. En plus des recommandations d’usage, dépoussiérer tous les matins la presse, la moissonneuse, les radiateurs, il faut éviter de laisser le matériel dans les parcelles.

Point de situation du préfet au 26 juillet

Depuis les premiers départs de feux hier jeudi 25 juillet, près de 1 500 ha de culture et de végétation ont brûlé dans le département de l’Eure. Sur un total de 24 feux recensés, 8 concernant 700 ha sont encore actifs mais la baisse des températures aidant, ils restent maîtrisés.

Les communes concernées sont Chambois, Saussay-la-Campagne, Boncourt, Etrépagny, Saint-Etienne- l’Allier, La Couture Boussey, Romilly-la-Puthenaye et Brionne. Au pic de la crise, 98 % des moyens pompiers ont été engagés et plus de 520 sapeurs-pompiers ont été mobilisés. Aucune victime n’est à déplorer mais 23 sapeurs-pompiers et 1 gendarme ont été légèrement blessés.

Le travail des forces de secours et de sécurité de l’Eure et les renforts des départements voisins ont été déterminants dans cette lutte. Concernant les zones de feu encore actives, les consignes de sécurité suivantes restent applicables :

  • N’approchez pas des feux, ni à pied ni en voiture

  • Ne vous arrêtez pas pour prendre des photos

  • N’interrompez pas les sapeurs-pompiers dans leur travail

  • Respectez les déviations mises en place

  • Si vous habitez à proximité d’un feu, restez dans votre maison, elle est votre meilleur abri

    Le préfet de l’Eure salue à nouveau l’engagement de ces hommes et de ces femmes qui continuent de lutter pour la sécurité de tous.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole