Aller au contenu principal

Contrôle Laitier 2020 : tous les résultats par filière.

Les résultats du Contrôle Laitier 2020 sont désormais disponibles. Edité chaque année par l'Institut de l'Élevage, en collaboration avec France Conseil Élevage (FCEL) et le Comité National Brebis Laitière (CNBL), ce compte-rendu présente les résultats des élevages bovins, ovins et caprins au contrôle laitier.

© DR.

Bovins : Des nouvelles règles de qualification des lactations et une situation cellulaire qui continue de s'améliorer.

En 2020, l'érosion de l'effectif des élevages ayant fourni des résultats de lactations se poursuit (- 5,2 % par rapport à 2019). Dans le même temps, avec 2 200 652 résultats, le nombre de lactations qualifiées diminue de 5,7 %.

La concentration des exploitations marque le pas. 46,8 % des élevages comptent plus de 60 lactations qualifiées en 2019 (contre 47,5 % en 2019, 45,1 % en 2018 et 40,1 % en 2017) et la part de lactations qualifiées qu'ils représentent se situe à 68,6 % (contre 69 % en 2019, 66,9 % en 2018 et 63,1 % en 2017).

Les 3 grandes races nationales (Prim'Holstein, Montbéliarde et Normande) représentent 91 % du total des lactations qualifiées (- 0,3 %), confirmant une tendance à la baisse observée depuis quelques années (94,2 % en 2009).

Avec une moyenne à 8777 kg, la production laitière brute augmente de 261 kg pour une durée de lactation moyenne de 339 jours, en hausse de 4 jours.

Dans le même temps, les Taux moyens augmentent et atteignent 40,5 g/kg pour le Taux Butyreux (+ 0,4) et 32,8 g/kg pour le Taux Protéique (+ 0,3). Cette évolution de la production et des taux est à mettre en relation avec l'évolution des causes de non-qualification en vigueur depuis mars 2020. Entrainant la non qualification des lactations ayant moins de 3 contrôles, cette évolution a eu sur le nombre de lactations qualifiées et sur les résultats moyens un impact qui devra être évalué au cours des prochaines années.

Fait marquant : L'amélioration de la situation cellulaire observée depuis plusieurs années se confirme. Les proportions de lactations avec une numération cellulaire de l'ensemble des contrôles inférieure à 300 000 cellules et celle des lactations comptant au moins 2 contrôles > 800 000 cellules atteignent respectivement 50,8 % et 12,3 %. En 2009, ces deux indicateurs étaient respectivement à 41,1 % et 16,8 %.

 

Caprins : Des effectifs en baisse et une production en hausse.

En 2020 le nombre de lactations qualifiées et de troupeaux avec lactations qualifiées diminuent fortement pour atteindre 232 915 lactations (- 16 664 lactations soit - 6,7 % et - 1 473 élevages soit - 1,3 %).

La part des gros troupeaux s'amenuise (> 250 lactations). Ils représentent 20 % des troupeaux et 48,2 % des lactations, soit des baisses de respectivement - 3 % et - 3,4 % qui confirment la tendance observée les années précédentes (2019 : 23 % des troupeaux et 51,6 % des lactations, 2018 : 23,8 % des troupeaux et 52,8 % des lactations).

La part des chèvres de race Alpine et Saanen dans le total des lactations qualifiées est stable à 96,7 %.

Le niveau de production moyen se situe à 989 kg par lactation, en augmentation de 26 kg, tandis que le Taux Protéique et le Taux Butyreux continuent de progresser pour atteindre respectivement 33,4 g/kg (+ 0,2) et 37,6 g/kg (+ 0,1). Dans le même temps la durée moyenne de lactation atteint 321 jours, confirmant la tendance à l'allongement observée depuis plusieurs années (298 jours en 2014).

Fait marquant : La proportion de primipares dans les lactations qualifiées atteint 35,5 % (+ 1,7 %), confirmant la tendance observée depuis plusieurs années (+ 0,8 % en 2019 et + 0,4 en 2018).

 

Ovins : Une stabilité des effectifs qui se confirme.

En 2020, avec 330 431 individus, le nombre de brebis présentes à la mise bas augmente à peine (+ 0,3 %), tandis que le nombre de brebis avec calcul de lactation se stabilise à 278 442 (- 0,01 %). Cette stabilité des effectifs en contrôle laitier officiel (CLO) confirme la tendance observée l'année précédente et met fin à l'augmentation des effectifs constatée de 2016 à 2018 (+ 22 000 brebis sur 3 ans).

Dans le même temps, 750 exploitations ont fourni des résultats de lactations, soit une légère diminution (- 10 exploitations) par rapport à l'année précédente.

La production laitière moyenne augmente (+ 5,3 litres) et atteint 291,6 litres pour une durée de 169 jours identique à celle de l'année précédente.

Cette évolution de la productivité est inégale selon les bassins et les races : augmentation en race Lacaune (+ 9,2 litres) et en race Corse (- 1,3 litre), stabilité en race Manech Tête Noire (- 0.1 litre), diminution pour les races Manech Tête Rousse (- 3,2 litres) et Basco Béarnaise (- 3,8 litres).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole