Aller au contenu principal

Conseils de désherbage des céréales semées tardivement

Depuis le début de la campagne, les records de pluviométrie ont largement perturbé les chantiers de semis et de désherbage, avec pour conséquence une grande hétérogénéité de situations, nécessitant un pilotage à la parcelle.

Les records de pluviométrie ont pour conséquence une grande hétérogénéité de situations, nécessitant un pilotage à la parcelle. On identifie deux grandes périodes de semis : les semis d'avant mi-novembre, actuellement au stade plein tallage, et ceux semés entre mi-novembre et janvier, aujourd'hui au stade 2-3 feuilles/début tallage.

Afin de préserver le rendement de la culture et optimiser l'efficacité des herbicides, l'objectif est de désherber avant le premier apport d'azote, à adapter en fonction des situations ci-dessous. 

Dans le cas des semis précoces, avec un enherbement important des parcelles, les graminées sont parfois fortement développées et les solutions sont restreintes voire inexistantes.

Pour les situations semées plus tardivement (fin novembre, décembre, janvier), le décalage de la date de semis et un labour dans un grand nombre de situations ont réduit considérablement le salissement en graminées. Néanmoins, les températures douces de décembre voire de fin janvier favorisent des levées tardives, notamment de ray-grass. Pour ces applications de pré-levée, on rappelle l'importance de l'humidité du sol pour une bonne efficacité et les conditions climatiques après traitement (pluies, amplitude thermique et températures négatives). Il convient de nuancer cette possibilité en cas de semis réalisés dans de mauvaises conditions avec des grains en surface.

Seuil de retournement : arbitrer en fonction de la densité de plantes et/ou de la pression graminée 

Dans les zones où l'excès d'eau s'est maintenu plusieurs jours ou semaines (mouillères, bords de parcelles), il est probable que l'ensemble des plantes ait disparu. Dans ce cas la zone sera à ressemer avec une culture adaptée. 

Dans les parcelles affectées par un engorgement en eau durable et/ou l'apparition d'une croûte de battance, le taux de levée peut avoir été fortement abaissé. Dans ce cas, un comptage est nécessaire. On considère, en sols profonds, que 80 à 100 plantes/m2 bien réparties constituent un seuil de maintien. Ce seuil de maintien tient compte des capacités de rattrapage des plantes (reprise du tallage, système racinaire en place et fonctionnel), mais aussi du surcoût engendré par le remplacement de la culture, ça n'assure évidemment pas l'atteinte d'un rendement maximum. Ce seuil est cependant à moduler en fonction du contexte de chaque parcelle.

Si la structure du sol a été dégradée lors de l'implantation, les capacités de rattrapage seront limitées.

Si la parcelle est enherbée et non désherbée avec plus de 60-70 ray-grass/m2, la nuisibilité directe et indirecte sera telle que le remplacement de la culture est à envisager (ou sa valorisation en fourrage ou méthanisation avant épiaison des ray-grass).

Si la culture est conservée, le désherbage doit être réfléchi : une parcelle clairsemée risque de se salir rapidement, mais appliquer un herbicide sur des plantes fragiles et dans des conditions encore froides peut accentuer les dégâts. Le choix du produit et des conditions d'application sont donc primordiaux. Il est important de ne pas stresser davantage les plantes en appliquant une spécialité provoquant une phytotoxicité.

Il est important de passer sur un sol ressuyé afin d'éviter tout tassement dans la parcelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Gestion des aides : calendrier administratif.
PAC 2024 : deuxième année d'application de la nouvelle PAC.
Continuité de 2023, avec des dérogations sur la conditionnalité des aides.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole