Aller au contenu principal

Conseil stratégique pour l'usage de produits phytosanitaires : un délai supplémentaire accordé.

Toute entreprise utilisatrice de produits phytopharmaceutiques (exploitations agricoles, jardiniers professionnels, etc.) est tenue de suivre un « conseil stratégique » avec un conseiller agréé.
Toute entreprise utilisatrice de produits phytopharmaceutiques (exploitations agricoles, jardiniers professionnels, etc.) est tenue de suivre un « conseil stratégique » avec un conseiller agréé.
© DR.

Le décret paru le 26 décembre 2023 permet à chaque agriculteur, jusqu'au 31/12/2027, de renouveler son certificat individuel (certiphyto) sur une durée d'un an, même en l'absence de CSP valide, dès lors qu'il peut « présenter un justificatif de prise de rendez-vous auprès d'un conseiller agréé pour délivrer le conseil stratégique ». Et dans ce cas effectivement, à l'issue de ce délai d'un an, le certificat pourra être renouvelé pour quatre ans (au lieu de cinq), sous réserve de la présentation de l'attestation de CSP.
Toute entreprise utilisatrice de produits phytopharmaceutiques (exploitations agricoles, jardiniers professionnels, etc.) est tenue de suivre un « conseil stratégique » avec un conseiller agréé pour construire sa stratégie de protection des cultures. Une attestation de conseil stratégique est nécessaire pour renouveler le certificat (« certiphyto ») dont les agriculteurs ont besoin pour acheter et utiliser des produits phytopharmaceutiques. Cependant, l'offre de conseil a connu un déploiement moins rapide que prévu et certains agriculteurs pourraient rencontrer des difficultés à obtenir un rendez-vous rapidement. Afin de ne pas bloquer le renouvellement des certiphyto, un délai supplémentaire vient d'être accordé à titre transitoire par les pouvoirs publics.
Dans le souci de réduire la dépendance aux produits phytosanitaires, les agriculteurs ont l'obligation de réaliser un conseil stratégique en matière de protection des cultures. Le respect de cette obligation, issue de la loi EGAlim, est vérifié lors du renouvellement du certificat individuel « certiphyto » que doit posséder un agriculteur pour pouvoir acheter des produits phytopharmaceutiques et les utiliser.

LE DÉPLOIEMENT DU CONSEIL STRATÉGIQUE RESTE LIMITÉ SUR LE TERRAIN
Trois ans après l'entrée en vigueur de la réforme, le déploiement du conseil stratégique reste limité sur le terrain, en raison notamment d'un développement insuffisant de l'offre de conseil à destination des agriculteurs en matière d'utilisation des produits phytopharmaceutiques et d'une faible anticipation de l'obligation. Ce constat est repris dans le récent rapport de la Commission d'enquête sur « l'identification des causes de l'incapacité de la France à atteindre les objectifs des plans successifs de maîtrise des impacts des produits phytosanitaires sur la santé humaine et environnementale et, notamment, sur les conditions de l'exercice des missions des autorités publiques en charge de la sécurité sanitaire » qui indique que le Conseil stratégique n'atteint pas 20 % des agriculteurs cibles, lesquels pourraient se voir privés de leur certiphyto.
Afin de relancer la dynamique et de ne pas bloquer le renouvellement des certiphyto, le Gouvernement a décidé d'adapter le calendrier de mise en oeuvre du dispositif et d'accorder un délai supplémentaire aux entreprises pour respecter cette obligation. Un décret a été publié le 28 décembre au Journal officiel. 
Ainsi, les agriculteurs et autres utilisateurs professionnels de produits phytopharmaceutiques qui n'auraient pas réussi à obtenir un rendez-vous de conseil stratégique préalablement à leur demande de renouvellement de certiphyto recevront un certificat provisoire, d'une année au lieu de cinq.

LES MODALITÉS DE MISE EN OEUVRE
Pour le territoire métropolitain : jusqu'au 31 décembre 2027, les agriculteurs et autres utilisateurs professionnels pourront obtenir un certiphyto provisoire valable un an, à condition de s'engager auprès d'un conseiller agréé pour réaliser leur conseil stratégique dans l'année.
Dans un premier temps, les agriculteurs et les autres utilisateurs professionnels renouvelant leur certiphyto en 2024 et en 2025 sont prioritaires pour solliciter le conseil stratégique et bénéficier du délai supplémentaire le cas échéant.
Avant la fin de validité de leur certiphyto provisoire, ils devront fournir leur attestation de conseil stratégique pour pouvoir obtenir sa prolongation. A défaut, l'achat et l'utilisation de produits phytopharmaceutiques ne leur seront plus possible.
La mise à jour du système informatique de demande et de traitement des demandes de renouvellement des certiphyto sera effectuée dans le courant de l'année 2024 pour intégrer ces nouvelles dispositions.
Dans l'intervalle, des modalités transitoires pour le renouvellement des certiphyto seront mises en place. Elles feront prochainement l'objet d'une publication sur le site internet du ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole