Aller au contenu principal

Congrès FNSEA : baptême du feu pour Amaury Levesque.

La délégation euroise emmenée par son tout nouveau président Amaury Levesque s’était jointe aux quatre autres départements normands pour représenter la région Normandie au congrès de la FNSEA qui se tenait cette année en Anjou, « pays de la terre fertile ».

La délégation euroise avec de gauche à droite : Laurent Duclos,
Nicolas Romain, Amaury Levesque, Alain Morin, Christiana Richard, Catherine Six et Lionel Bois.
La délégation euroise avec de gauche à droite : Laurent Duclos,
Nicolas Romain, Amaury Levesque, Alain Morin, Christiana Richard, Catherine Six et Lionel Bois.
© CHRISTIANA RICHARD

C’est Christiane Lambert qui a ouvert le 77ème congrès de la FNSEA avec une consonance toute particulière puisque c’était son dernier congrès en tant que présidente de la FNSEA. Une occasion de recueillir certaines confidences. « Un congrès de grande émotion pour moi. Je m‘étais fixé 6 ans de marathon, ponctués de sprints intermédiaires… remercions le bureau pour le travail conséquent accompli ! »

Puis revenant à l’objet de cette rencontre, celle qu’on appelle, avec bienveillance, « tata », a lancé le programme de la journée.

Après la présentation du rapport statut et conflits, du rapport financier et du vote des modifications à adopter, les représentants de toutes les régions sont intervenus tour à tour à la tribune.

 

LA PAROLE AUX REGIONS

Baptême du feu pour notre nouveau président eurois, Amaury Levesque, qui pour l’occasion représentait la région Normandie. Aux côtés des membres du bureau de la FNSEA la pression était forte pour lui mais, c’était sans compter sur sa détermination.

« Déléguer notre alimentation à d’autres serait une folie. » C’est ainsi que commença son discours. Non, ces quelques mots ne sont pas de lui mais bien du président de la République, Emmanuel Macron il y a trois ans. « C’était pour le monde agricole « l’espoir » par la prise de conscience de l’opinion publique de l’importance de la souveraineté alimentaire. (…) Elisabeth Borne s’est engagée pendant le Salon international de l’agriculture à éviter les surtranspositions européennes… cette promesse sera-t-elle tenue ? (…) Les textes en gestation à Bruxelles mettent la barre à hauteur que même les plus intransigeants des écologistes n’osaient rêver. Citons par exemple la directive IED qui met au même niveau les industries et l’agriculture sur les émissions de gaz à effet de serre. Autres sujets d’actualité : la surtransposition sur la protection des végétaux avec les nouvelles ZNT à 10 m pour les produits CMR2. 343 molécules sont homologuées au niveau français pour 511 au niveau européen… A quand la réhomologation des 168 molécules manquantes ? (…) Quant au ratio des prairies permanentes, il va faire passer la Normandie en régime d’interdiction de retournement et d’autres régions sous régimes d’autorisation (comme actuellement la région Hauts de France) dès l’année prochaine. Pourquoi ne faisons-nous pas un ratio national et non régional ? (…) Nous devons, nous FNSEA, travailler une solution de manière dépassionnée en évitant les notions de gagnants et perdants. N’oublions pas que la solidarité est une valeur forte de notre syndicat. »

Applaudissements du public, un peu comme une approbation, aux demandes relayées par Amaury Levesque. Salué pour son intervention, le président de la FNSEA 27 s’est fait entendre, croyez-moi !

 

L’EMPREINTE DE CHRISTIANE LAMBERT PREMIERE FEMME A LA TETE DE LA FNSEA

Sans surprise, mais toujours avec bienveillance et nostalgie, chaque prise de parole s’est terminée en saluant la présidente Christiane Lambert pour son engagement, son dynamisme et la persévérance sur les valeurs syndicales de cette Angevine de cœur. Emmanuel Lachaize, président de la FDSEA 49, s’est exprimé « Chère Christiane, je souhaite, au nom de la FDSEA 49, te dire un grand merci pour ton engagement sans faille, et dire à ton époux Thierry, et tes enfants Guillaume, Thibault et Pauline, combien ils peuvent être fiers de l’épouse et de la maman que tu es. »

Le lendemain, a été consacré à la reprise des questions posées à la tribune et qui n’avaient pas pu être toutes traitées la veille au soir, retour aussi sur les acquis syndicaux et adoption à l’unanimité du rapport d’orientation 2023. C’est ce rapport d’orientation, fort de ses 4 500 lignes, qui fixe les axes de direction pour les trois années à venir : les différents défis que les agriculteurs ont à relever, les engagements de la FNSEA et ses propositions sur les conditions de réussite au service de l’attractivité de l’agriculture nationale. Puis, la journée a été clôturée par l’élection du nouveau CA.

 

CLOTURE DU CONGRES

Le dernier jour a commencé avec Christiane Lambert, qui souhaitait à son tour saluer la longévité de l’engagement d’un homme, Charles F, présent dans la salle, qui cumule près de 80 années d’engagement à la FNSEA et qui fêtera ses 100 ans au mois de juin. Et si le syndicalisme était un moyen de rester en forme... ?

Enfin, invité très attendu, c’est Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire qui clôtura ce 77e congrès. Quelques minutes plus tôt, Christiane Lambert s’était adressée à lui : « il faut dissoudre le mouvement Soulèvement de la Terre. Monsieur le ministre, il faut punir ! » En effet, dans le contexte des évènements de Sainte-Soline, la présidente sortante de la FNSEA s’était exprimée avec conviction à ce sujet : « nous ne pouvons pas supporter que des agriculteurs, au nom d’un idéal et avec force et mensonges, détruisent le travail d’autres agriculteurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole