Aller au contenu principal

Congrès AGPB : " Produire plus et produire mieux ".

Les Céréaliers de France ont tenu leur assemblée générale et leur congrès, les 29 et 30 mai au Parlement européen de Strasbourg.

Pour ce congrès, l'AGPB a sélectionné 4 des 38 listes pour vérifier la concordance entre leurs positions avancées et les mesures proposées par les candidats aux élections européennes.
Pour ce congrès, l'AGPB a sélectionné 4 des 38 listes pour vérifier la concordance entre leurs positions avancées et les mesures proposées par les candidats aux élections européennes.
© © AL

Profitant de la campagne électorale précédant les élections européennes du 9 juin, l'AGPB avait sélectionné 4 des 38 listes candidates pour vérifier la concordance entre ses positions avancées et les mesures proposées par les candidats.

Ce congrès a été une nouvelle occasion de réaffirmer l'objectif commun aux filières végétales, " Produire plus et produire mieux " construit sur deux enjeux stratégiques :

La nécessité d'un retour à une compétitivité du secteur céréalier, affaiblie par la perspective décroissante du Green Deal, imaginé depuis 2019 par la Commission Européenne.

La perspective d'un nouvel élargissement de l'Europe, à l'Ukraine et la Moldavie, laissant imaginer des bouleversements dans les équilibres sur les marchés européens, sur le budget agricole.

Ainsi, l'AGPB a formulé quatre grands axes de propositions à la nouvelle assemblée des parlementaires européens :

Accélérer les leviers permettant de développer la compétitivité de l'Agriculture.

Les manifestations dans 13 pays membres de l'UE ont révélé, en ce début d'année, un contexte compliqué pour tous les agriculteurs, résultant de la coïncidence de la guerre en Ukraine, d'une PAC plus verte et plus contraignante, de la modification du climat et d'une réglementation toujours plus exigeante. Ces effets combinés ont sérieusement affecté notre compétitivité, dont le seul atout est la productivité. Désormais, il est urgent de réactiver de nouveaux leviers de croissance comme la recherche variétale, les produits de bio contrôle, de relocaliser la fabrication des engrais, de développer la bioéconomie et les biocarburants, de sécuriser la production alimentaire conventionnelle et biologique, et de garantir la production énergétique à des coûts abordables pour l'Agriculture. Sans oublier la nécessaire formation de la main-d'œuvre de plus en plus difficile à trouver.

Réinterroger les propositions législatives du green deal afin de garantir les moyens de production.

Il est nécessaire de stabiliser les réglementations européennes et de cesser toute surtransposition franco française afin de garantir une équité concurrentielle entre pays voisins. En particulier, la Commission européenne doit revoir ses propositions en matière de phytosanitaires en menant plus d'études d'impacts cohérentes avec les exigences de production.

À la suite des mobilisations agricoles en Europe, la Commission Européenne a proposé un agenda de simplification qui doit être mis en œuvre dans les meilleurs délais afin d'aboutir à des mesures favorables à l'agriculture et aux agriculteurs.

Redonner à la PAC le visage d'une vraie politique stratégique européenne.

Le budget européen est déjà soumis à la tension inflationniste et si, demain, l'entrée de l'Ukraine était validée, il sera nécessaire de revoir son périmètre financier afin de maintenir le revenu des agriculteurs. La PAC doit se recentrer plus sur les enjeux de production agricoles et moins sur les normes, elle doit favoriser la multiperformance économique d'abord, environnementale et sociale ensuite.

Prendre en compte les impacts du nouveau contexte géopolitique sur le contexte sur le commerce international.

Anticipant l'issue du conflit russe ukrainien, les nations européennes doivent s'interroger sur les conséquences d'une adhésion de l'Ukraine à l'Union Européenne, surtout en ce qui concerne les filières céréalières exportatrices. Le monde change et les règles dans les accords commerciaux internationaux doivent permettre de valoriser la contribution des productions agricoles françaises à la stabilité mondiale. Les céréaliers français apportent des garanties de qualité et de stabilité sur les marchés internationaux, répondant aux besoins de l'alimentation humaine. Promettre un approvisionnement gratuit, comme le fait la Russie, aux pays très déficitaires d'Afrique reste une pratique déstabilisatrice des équilibres de marchés céréaliers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole