Aller au contenu principal

Comptes de l’agriculture : la ferme France a perdu 1,9 % de sa valeur en 2020.

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a présenté mercredi 7 juillet les comptes provisoires de l’agriculture pour 2020. La production agricole en valeur a diminué de 1,9 % l’an dernier. La valeur ajoutée brute diminuerait de 3,3 %.

« En 2020, le prix de la production végétale hors subvention
rebondit : +2,5 % », souligne l’Insee.
« En 2020, le prix de la production végétale hors subvention
rebondit : +2,5 % », souligne l’Insee.
© DR.

« La crise sanitaire a globalement moins touché l’agriculture que les autres activités économiques, même si l’impact sur les conditions de production des filières est bien réel », a indiqué l’Insee mercredi 7 juillet dans sa note de conjoncture sur les comptes provisoires de l’agriculture 2020. Concrètement, la production de la branche agricole (hors subventions) baisserait en valeur de 1,9 %, notamment en raison de la contraction des productions végétale (-2,4 %) et animale (-0,9 %). L’Insee explique ce recul par les conditions météorologiques qui restent « le facteur dominant du recul de la production végétale », en particulier de celles de céréales qui paient un lourd tribut : -8,9 %. Parmi elles, les volumes de blé tendre ont chuté de -26,1 %, ceux de l’orge de -24,1 % et ceux des oléoprotéagineux de presque -10% (-9,8 %). Seul le maïs tire son épingle du jeu avec une croissance estimée à +6,6 % ainsi que les pommes de terre (+3,4 %). Plus grave, l’institut statistique confirme ce que les producteurs de betteraves avaient constaté dans leurs champs avec les effets de la jaunisse : la production de betteraves industrielles s’est effondrée de presque 31 % (-30,8 %).

 

Mesures restrictives

Ces mauvais chiffres ont une conséquence directe et mécanique sur les prix. « En 2020, le prix de la production végétale hors subvention rebondit : +2,5 % », souligne l’Insee. Le prix des céréales a grimpé de +12,2 % en raison d’une demande mondiale croissante et parce que les importateurs ont souhaité « constituer des stocks de précaution », précise la note de conjoncture. Le prix des fruits et légumes dont la production a été affectée par les conditions climatiques se sont renchéris de +10,8 % pour les premiers et de +6,7 % pour les seconds. Malgré des volumes en hausse (+1,4 %), le prix du vin s’est contracté de -3,4  %, notamment en raison des « mesures restrictives liées à la pandémie et les droits de douanes américains », précise l’Insee. Il en est de même pour les productions animales dont le volume global a légèrement cru (+0,4 %) alors que les prix ont baissé (-1,3 %), en particulier pour les porcins (-4,8 %), les œufs (-6,8 %), les gros bovins (-0,8 %) et le lait (-0,7 %). Seuls les ovins et caprins s’en sortent avec des prix en hausse de +5,9 %, « un prix soutenu par la consommation à domicile et la baisse des importations ».

 

-3,3 % en réel

L’Insee confirme également que la valeur ajoutée brute de la branche agricole a perdu 1,8 % en 2020. Elle avait déjà perdu 5,5 % en 2019. L’institut explique ce phénomène par la baisse de la production au prix de base (-1,9 %) « y compris les subventions sur les produits ». Cette analyse donne raison aux organisations agricoles, FNSEA en tête, qui pestent contre les prix toujours plus bas imposés aux agriculteurs. D’ailleurs, l’Insee remarque que la baisse aurait pu être plus importante encore si les consommations intermédiaires (intrants, vétérinaires, matériels…) n’avaient pas reculé de 2 %. « La baisse en volume de la valeur ajoutée serait plus prononcée (-6,3%) », mais elle « est compensée par la hausse des prix à la production ». Cependant, en termes réels, elle se réduirait de 3,3 % après une baisse de 5,1 % en 2019.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole