Aller au contenu principal

Comptage des loups : une victoire syndicale mais encore de nombreuses attentes.

Un comptage défectueux des loups qui ne permet pas de protéger et défendre les troupeaux contre la prédation.

© © unsplash.com/@un_voyage_en_photographie

Lors du groupe national loup qui s'est tenu ce lundi 27 juin, FNSEA/JA/FNO/FNB/FNC/ Chambres d'agriculture France ont contesté le nombre de loups qui leur a été communiqué par les pouvoirs publics. En effet, bien que la méthode de comptage demandée par le CAF loup ait été initiée, sa mise en oeuvre est très insatisfaisante.

En effet la plupart des indices de présence du loup remontés n'ont pas pu être traités dans le cadre du dispositif de comptage de l'OFB. L'effectif annoncé ne correspond pas à la réalité de la population lupine. Le nombre de loups étant sous-estimé, le nombre de loups à prélever, proposé par l'administration l'est également.

FNSEA/JA/FNO/FNB/FNC/Chambres d'agriculture France, demandent que soient prélevés 300 loups en 2022 d'autant que le plafond de prélèvements de loups 2021 n'a pas été atteint du fait du refus de l'administration, en cours de campagne, d'octroyer des tirs de défense pour protéger les troupeaux prédatés et du blocage mis à l'intervention des louvetiers en appui aux éleveurs en zone de prédation.

Les éleveurs vivent quant à eux quotidiennement dans l'angoisse d'une nouvelle attaque et ce, en dépit des mesures de protection des troupeaux mises en place.

S'agissant des bovins - de plus en plus attaqués par les loups - l'inefficacité des mesures de protection n'est plus à démontrer. FNSEA/JA/FNO/FNB/FNC/Chambres d'agriculture France demandent qu'ils demeurent sous statut « non protégeable » et sollicitent en contrepartie que les éleveurs disposent de tirs de défense simple dans les zones de présence permanente.

Alors que l'on compte 18 000 loups sur le continent européen, le loup n'est pas une espèce en voie de disparition. En revanche, les éleveurs à l'herbe en plein air eux disparaissent un peu plus chaque jour et le pastoralisme prend le même chemin.

L'inefficacité du plan de gestion précédent appelle à un nouveau plan d'action plus efficient.

L'expansion des prédateurs constitue en effet une menace directe pour les zones rurales désormais au coeur des politiques européennes. Elle participe au non-renouvellement des éleveurs et à l'abandon des espaces entretenus par eux et par leurs troupeaux, appauvrissant ainsi la biodiversité dans son ensemble.

Le futur PNA Loup 2023 doit être un véritable plan de sauvegarde du pastoralisme, de l'élevage en plein air et un plan de régulation de l'espèce lupine. Il doit permettre d'accorder aux éleveurs soumis au risque de prédation le droit de défendre leurs troupeaux par des tirs de défense.

FNSEA/JA/FNO/FNB/FNC/ Chambres d'agriculture France font le choix de protéger et défendre les troupeaux, afin de préserver l'élevage à l'herbe en plein air. Ils demandent aux pouvoirs publics actuels de porter ce combat pour la survie des éleveurs dans le cadre du nouveau PNA Loup.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole