Aller au contenu principal

Comment se portent les maïs ensilage cette semaine ?

Depuis le 10 août, les bonnes pluies survenues ont fortement soulagé les maïs.

Les récoltes ont déjà été effectuées sur des parcelles du
sud à indice ultra précoce (<200).
Les récoltes ont déjà été effectuées sur des parcelles du
sud à indice ultra précoce (<200).
© CLAAS
Début août, un épisode alarmant était apparu. Les plantes étaient en état de sécheresse et de déshydratation avancé. Les matières sèches mesurées étaient élevées et annonçaient des récoltes très précoces. Depuis le 10 août, les bonnes pluies survenues ont fortement soulagé les maïs, en permettant au grain de commencer son remplissage, et de revenir à une matière sèche plus habituelle. Les matières sèches oscillent entre 22 à 30 % suivant les variétés et parcelles. Les récoltes ont déjà été effectuées sur des parcelles du sud à indice ultra précoce (<200). On annonce des dates de récolte dès ce week-end et qui se poursuivront jusqu’au 15 septembre pour les indices plus tardifs (>260). Ces dates restent très précoces par rapport aux années précédentes (hormis peut-être le sud du département où les dates semblent similaires). Suite aux visites de champs, les plantes ont de façon générale de plus petits gabarits que d’habitude. Elles sont inférieures en diamètre, et surtout en hauteur. Les épis sont pour certaines mal fécondés, ce qui annonce un rendement pénalisé. La baisse estimée du rendement va être comprise entre -15 % à -50 %, aux dires des agriculteurs et au vue des parcelles. Il est impératif de faire une visite au champ, maintenant, et dans chaque parcelle, pour deux raisons : estimer la date de récolte d’après la maturité du grain. En cas d’alimentation hydrique limitée, les plantes atteignent plus vite un taux de matière sèche élevé, d’où ces prévisions précoces. Et prévoir la perte de rendement au champ par rapport à ce que vous observez d’habitude les précédentes années. Suite à cela, faites un bilan fourrager pour connaitre les tonnages manquants pour passer l’hiver. Rappel : 1 VL = 5.5 TMS de fourrages et 1.3 T de concentrés environ. Heureusement, il y a tout de même quelques pistes qui se dessinent pour palier à ce manque de fourrage. En voici quelques-unes : se débarrasser des animaux improductifs dès maintenant ; limiter les finitions de réformes ; faire un lot de taries et les laisser à l’herbe en adaptant leur alimentation ; valoriser la paille ou la luzerne dans les rations, en priorité les animaux d’engraissement et les génisses ; implanter sans tarder du colza fourrager en dérobée, pour prolonger la saison de pâturage sur octobre et novembre ; acheter des co-produits ; acheter du maïs sur pied aux alentours ; valoriser les jachères, une dérogation le permettant.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole