Aller au contenu principal

Comment mieux protéger ses chevaux.

Des échanges ont eu lieu sur les affaires des chevaux mutilés, entre le monde agricole et la Gendarmerie nationale, le 18 septembre à Evreux.

© PIXABAY

La section équine de la  FNSEA 27 et les JA de l'Eure ont organisé une réunion à la maison des agriculteurs de Guichainville le vendredi 18 septembre. L'objectif était de faire le point sur la situation du département vis-à-vis des attaques de chevaux. Ont participé également à cette réunion la chambre d'agriculture, le GDS, le conseil des chevaux de Normandie et une délégation de la gendarmerie de l'Eure. Les éleveurs et dirigeants de centres équestres présents ont exprimé leurs inquiétudes sur le nombre d'affaires de chevaux mutilés dans le département. La gendarmerie a révélé être intervenue une trentaine de fois depuis le début des affaires. Mais sur ces trente interventions, seulement six ont été considérées comme « particulières » et trois parmi ces six sont réellement douteuses. La gendarmerie invite les propriétaires d'équidés à ne pas sombrer dans la paranoïa et à prendre beaucoup de recul sur les informations circulant sur les réseaux sociaux. A ce jour, aucune agression n'a été revendiquée au niveau mondial et toutes les hypothèses restent ouvertes : satanisme, challenge de mauvais goût, vengeance, sans parler des copieurs de mauvais aloi.

 

QUATRE ÉTAPES POUR MIEUX PROTÉGER

La Gendarmerie nationale propose une approche en quatre étapes pour mieux assurer la protection des chevaux.

Etape 1 : établir un auto-diagnostic de la situation actuelle (environnement, structure équestre, habitudes). Si celui-ci fait apparaître des points faibles, la gendarmerie vous propose une consultation de sûreté ; un gendarme se déplacera pour vous prodiguer des conseils sur place.

Etape 2 : protéger le site en identifiant clairement, les accès, les zones à protéger et en installant des systèmes de détection type caméra de chasse/vidéo surveillance, spots lumineux à détection de présence...

Etape 3 : protéger au mieux les animaux en les visitant régulièrement, en évitant de laisser un licol à proximité, en rentrant les animaux à l'abri le soir, en protégeant en priorité les animaux les plus vulnérables, en rangeant tout matériel susceptible d'encourager ou faciliter des actes de cruauté, en étant vigilant et en sensibilisant les voisins, visiteurs, propriétaires à répertorier tout évènement anormal et enfin en invitant les gendarmes sur site. Même si vous pensez avoir assuré au mieux la protection des chevaux, inscrivez-vous à l'opération tranquillité équidés mise au point par la gendarmerie qui facilitera leur intervention en cas de problème.

Etape 4 : si malgré toutes les mesures prises, un événement survient, il faut suivre la procédure ci-après. Pour toute situation anormale non urgente, contacter la brigade de gendarmerie la plus proche ou envoyez un email à mondeagricole-ggd27@gendarmerie.interieur.gouv.fr.

Encas d'urgence, appeler le 17. Surtout, ne pas essayer de faire justice soi-même et éviter de « polluer » les lieux en cas de découverte de nouveaux faits.

 

LE CAS DES GROUPES DE SURVEILLANCE ET DES DRONES

Face à l'inquiétude suscitée dans le monde équin, certains groupes de surveillance ont pu se constituer. Il est capital de prévenir quotidiennement la gendarmerie de toute sortie pour éviter toute méprise ou accident. Quant à l'usage de drone, il est très réglementé. Il faut systématiquement prévenir la gendarmerie quand vous voyez un drone au-dessus de vos champs ou bâtiments. Prévention, transmission del'information seront les maîtres mots pour lutter contre ce phénomène inquiétant. Toutes les organisations présentes sesont engagées à diffuser dans leurs réseaux les messages de prévention.

 

La gendarmerie met à disposition des propriétaires de chevaux, différents documents, dont un questionnaire « opération tranquillité équidés » que vous pouvez télécharger ci-dessous.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Gestion des aides : calendrier administratif.
PAC 2024 : deuxième année d'application de la nouvelle PAC.
Continuité de 2023, avec des dérogations sur la conditionnalité des aides.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole