Aller au contenu principal

Comment économiser de la paille en adaptant le logement

Pour réduire ses charges, l’éleveur de vaches allaitantes peut regarder du côté de sa consommation de paille.

© idele

La moitié des vaches allaitantes sont logées en aire paillée intégrale dans les bâtiments. Cependant, certains éleveurs souhaiteraient diminuer leur consommation, pour des raisons économiques. Elle peut atteindre 8 à 12 kg pour une vache allaitante et son veau par jour.

Il est possible, selon l’institut de l’élevage, de réduire cette consommation de paille, soit en utilisant d’autres matériaux pour la litière, soit en adoptant des modes de logement plus économes en paille.

DES ALTERNATIVES POUR LA LITIÈRE

Pour remplacer la paille, ou une partie de celle-ci, l’institut de l’élevage oriente vers des alternatives pour la litière : les sciures, les plaquettes – broyats de haies – ou le bois déchiqueté, les copeaux. Ces matériaux sont intéressants surtout si la paille est à un tarif au-dessus de 90 euros la tonne.

Techniquement, la sciure peut être utilisée directementcomme litière. Par contre, si les plaquettes sont grossières, on peut les utiliser mais comme sous-couche. Au niveau de la quantité, les spécialistes conseillent un apport de 3 à 5 kg par vache par jour, deux à trois fois par semaine, deux fois plus après le curage.

REPENSER SON BÂTIMENT

A noter que les copeaux sont plus diffi ciles à répandre que la paille. Le curage est à effectuer à la même fréquence qu’avec de la paille. Pour les sciures, il est conseillé d’ébouser une fois par jour. Elles produisent davantage de poussière que les copeaux. Au final, l’idéal est d’avoir une couche de copeaux de bois et d’ajouter de la sciure par la suite, ou d’utiliser un mélange de sciure et copeaux avec la paille.

En ajoutant une couche de copeaux une fois par semaine en plus de la paille, on économise 30 % de paille. Toujours pour économiser, on pourra repenser son bâtiment et transformer une aire paillée intégrale en aire paillée avec aire d’exercice. Cela nécessite néanmoins de prévoir un lieu de stockage pour les déjections. La consommation de paille peut être réduite entre 5 à 8 kg pour une vache allaitante et son veau.

Il est possible de créer en plus des cases à veaux à l’arrière ou entre les lots. Enfi n, les logettes bien connues en vaches laitières, ont quasiment disparu en atelier de vaches allaitantes. Elles permettent pourtant de réduire les coûts de fonctionnement car elles apportent une économie en paille et réduisent l’astreinte si il y a des caillebotis.

SYSTEME FUMIER

Avant d’opter pour cette solution, il faut s’interroger sur le comportement des animaux en logette, comment sera géré la reproduction et où sera placé le taureau. L’institut de l’élevage conseille d’habituer le troupeau et de réformer les récalcitrantes ; de limiter la circulation des veaux. Le stockage dépendra si l’éleveur adopte un système fumier avec une consommation de paille qui s’élèvera alors de 3 à 4 kg de paille par jour par animal, un système lisier avec une consommation nulle ou de 1 kg environ.

Dans ce dernier cas, il faudra une fosse extérieure ou un caillebotis, mais cela représente un surcoût. Selon une étude de 2011, le coût d’une aire paillée intégrale pour une place s’élève à 2 850 euros à l’installation, puis 120 euros par vache par an. Pour une aire paillée avec raclage et couvert fumier, 3 170 euros puis 100 euros par an ; pour une aire paillée avec raclage et couvert lisier, 3 050 euros puis 80 euros par an ; pour une aire paillée avec raclage et non couvert, 2 620 euros puis 90 euro par an ; pour une logette avec caillebotis, 4 000 euros puis 20 euros par an. On peut tout à fait transformer une aire paillée intégrale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole