Aller au contenu principal

Cidre : une filière en quête de reconnaissance.

Deux eurodéputés, dont l'ancien président de JA National, et un député ancien ministre de l'Agriculture ont pris les devants pour donner une impulsion à la filière cidricole. Stéphanie Yon-Courtin, Jérémy Decerle et Stéphane Travert unissent autour d'eux leurs collègues pour travailler à l'intégration de la filière cidricole à la fois dans l'Organisation commune des marchés et dans le plan stratégique national de la PAC 2023-2027. Ils planchent aussi sur la création d'une association de producteurs, où les organisations de producteurs et les producteurs indépendants pourront se retrouver.

© PIXABAY

Stéphane Travert, député LREM de la Manche

« Le groupe de travail donne du poids à la filière cidre »

La filière cidricole compte désormais sur un groupe de travail à l'Assemblée nationale pour défendre ses intérêts. Stéphane Travert, ancien ministre de l'Agriculture, a ainsi réuni une trentaine de parlementaires, transpartisants, qui planchent notamment sur l'intégration de la place de la filière cidre dans la PAC.

 

Quand et comment est né le groupe parlementaire pour la filière cidre ?

Je connais la filière cidricole de longue date, et elle n'a jamais eu de groupe à l'Assemblée nationale pour défendre ses intérêts. Elle est pourtant soumise à des difficultés, notamment depuis la crise sanitaire avec la gestion des stocks et la fermeture de la restauration hors domicile. Se pose aussi la question de sa place dans la PAC et sa déclinaison dans le plan stratégique national. J'ai pensé nécessaire de créer un groupe de travail, ordonné, de référence. Nous sommes donc une trentaine de parlementaires, élus de tous les bancs de l'Assemblée et des régions concernées par les productions cidricoles ou qui s'y intéressent, à être réunis dans un groupe de travail depuis le mois de mai.

 

Quelles problématiques rencontrées par la filière cidricole avez-vous identifiées ?

Les demandes de la profession se recoupent, d'une région à l'autre. La filière compte des acteurs industriels importants, mais aussi de plus petits récoltants, qui sont soumis à la vente de leurs produits pour générer de la trésorerie. Quand on plante un verger hautes tiges, il faut presque une vingtaine d'années pour qu'il soit productif. Quid en attendant ? Se pose aussi la question de la transmission des exploitations : comment anticiper le devenir de la filière ?

 

Sur quels leviers allez-vous travailler ?

Des dispositifs fiscaux pour la gestion des rotations et des stocks ; l'accès aux aides du plan stratégique national de la PAC, notamment les écorégimes, pour mettre en avant les services rendus à l'environnement, comme le stockage du carbone, la valorisation du pâturage ; soutenir le développement de la filière et anticiper son avenir, pourquoi pas, grâce à la formation, accorder des moyens de communication - notamment via FranceAgriMer - pour valoriser le cidre, son histoire, ses débouchés.

 

Quel a été votre premier travail ? Quelle est la suite du programme ?

Nous avons commencé par écrire un courrier au ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, pour lui présenter notre groupe et ses demandes. À cause de la situation sanitaire, nous n'avons pas encore pu nous réunir physiquement, mais nous programmons une réunion, en septembre, pour défendre un certain nombre de choses, auditionner les producteurs, recevoir les acteurs de la filière. Le meilleur moyen de se rendre compte, c'est aussi d'aller sur le terrain. Nous verrons en fonction de la situation sanitaire.
Il ne faut pas non plus oublier que nous allons arriver à la fin d'un mandat. J'espère que le groupe perdurera.

 

Stéphanie Yon-Courtin, eurodéputée

« À Bruxelles, nous ouvrons les discussions pour la filière cidre »

Les trilogues ont acté que le cidre ne fera pas partie de la PAC, mais des discussions sont en cours pour l'intégrer dans l'Organisation commune des marchés (OCM) des denrées agricoles. Stéphanie Yon-Courtin et Jérémy Decerle (lire ci-contre), deux eurodéputés, y travaillent.

 

Que faites-vous, à Bruxelles, pour la filière cidre ?

Avec Jérémy Decerle, nous rassemblons les acteurs de la filière avec la direction générale (DG) de l'agriculture de la Commission européenne. Nous avons eu une première réunion fructueuse, en février : étaient présents les acteurs de la filière, la DG Agri, le Parlement européen, la représentation permanente française.

 

Pourquoi qualifiez-vous la rencontre de fructueuse ?

Nous avons obtenu deux avancées. La première est l'ouverture de la discussion sur le rattachement du cidre à l'Organisation commune des marchés (OCM) des denrées alimentaires. Le cidre n'entrera pas en tant que tel dans l'OCM, mais la pomme à cidre intégrerait le secteur fruits et légumes. C'est en cours, nous espérons une réponse le plus tôt possible. Si elle intègre l'OCM, la filière bénéficiera d'aides conjoncturelles et structurelles. Le fait que les représentants à Bruxelles aient la volonté de parler est une première victoire.

 

Et la seconde ?

Elle repose sur une demande de l'Unicid, d'ouvrir la filière aux petits producteurs, avec une volonté de mettre en valeur le haut de gamme. L'idée est de créer une AOP, une association d'organisation de producteurs, à l'échelle nationale, pour donner plus de forces aux petits producteurs, pour faire face aux crises, pour être le relais pour débloquer des aides, pour peser dans les variations de prix. Depuis le Brexit, le cider anglais est sorti du marché commun. Cela rend aux cidres français, espagnol et polonais leur vraie légitimité et leur valeur haut de gamme.

 

Comment travaillez-vous avec l'échelon national, notamment sur la PAC et son PSN ?

Il était trop tard, en février, pour intégrer le cidre dans le cadre réglementaire de la PAC. Mais nous menons un travail descendant avec Stéphane Travert et son groupe transpartisant, auprès de Julien Denormandie, pour que les producteurs de pommes à cidre soient éligibles aux écorégimes : combien ? comment ? nous voulons ouvrir la voie aux aides pour services rendus à l'environnement à l'échelle de l'exploitation, qu'ils soient accompagnés pour être labellisés (AB, HVE).

 

Quel serait le plan parfait pour la filière ?

Sécuriser le cidre dans le secteur, bien défini, fruits et légumes de l'OCM. Mais nous devons nous entendre avec les autres filières du secteur, car l'enveloppe est à budget constant. L'ouverture de la discussion est une chose, mais la validation en est une autre. Les prochaines réunions auront lieu à la rentrée de septembre.

 

 

Jérémy Decerle, eurodéputé

« Nous avons une fenêtre de tir jusqu'à la fin de l'année »

L'éleveur de bovins viande, installé en Saône-et-Loire, est l'ancien président de JA National. Il a rejoint les bancs des eurodéputés en 2019. Jérémy Decerle défend une filière cidre créatrice de valeur ajoutée et au modèle économique exemplaire.

 

Quel est votre rôle d'eurodéputé ?

Je suis membre de la commission agriculture et développement durable et de la commission commerce international au parlement européen. Je suis aussi rapporteur des textes plans stratégiques et règlement de l'OCM pour mon groupe. Notre ligne de conduite est de trouver un équilibre entre les réalités économiques du monde agricole et les ambitions environnementales et sociales européennes. Nous devons donner aux agriculteurs les moyens de relever les défis.

 

Et plus précisément pour la filière cidre ?

On travaille pour que les demandes de la filière soient euro-compatibles et avec le ministère de l'Agriculture pour les intégrer dans le plan stratégique national, pour que les producteurs bénéficient des aides couplées du 1er pilier. Nous devons faire accepter le cidre par les autres filières du secteur fruits et légumes de l'OCM. Nous devons être convaincants. Mon job c'est aussi de trouver des partenaires, des alliés européens, de me rapprocher de collègues d'autres pays pour valoriser les atouts environnementaux des producteurs de pommes, à l'heure où ces questions écologiques sont posées par l'Europe.

 

Quels objectifs visez-vous ?

C'est à la filière de les fixer. Les producteurs de cidre sont les mieux placés pour dire quels sont leurs intérêts. Ensuite, à nous, députés européens, de travailler avec les parlementaires français pour intégrer le cidre dans le plan stratégique national. Nous avons conscience de l'importance du sujet, nous devons en faire une priorité. Nous avons un an et demi avant la mise en oeuvre de la prochaine PAC. Il nous reste ce temps-là pour faire bénéficier à la filière d'un plan d'accompagnement dans le cadre du règlement européen. Une première version du PSN a été envoyée à la Commission européenne. Elle doit donner sa réponse avant la fin de l'année. Nous avons une fenêtre de tir et nous continuons d'échanger avec Bruxelles et Paris.

 

Pourquoi défendez-vous ainsi la filière cidre ?

Le modèle économique de la filière cidricole, par ses dimensions, est créateur de valeur ajoutée. Alors que les productions européennes à gros volumes sont sécurisées, il existe beaucoup de petites productions à stabiliser. La filière cidre peut être un exemple pour d'autres secteurs européens. Elle peut aussi en être un pour les futures politiques alimentaires. Nous travaillons pour ne pas perdre ce modèle économique délicat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole