Aller au contenu principal

Chez Thierry Marx, l'Unicid évoque les enjeux de la filière.

L'Union nationale interprofessionnelle cidricole (Unicid) a organisé son déjeuner de presse filière, mardi 6 février, dans l'antre de Thierry Marx, ambassadeur de l'association. Du cidre normand, mais aussi breton, se sont invités au menu du restaurant Onor.

C'est dans un cadre prestigieux, celui du restaurant Onor à Paris, fondé par Thierry Marx, chef étoilé, que l'Union nationale interprofessionnelle cidricole (Unicid) s'est retrouvée pour un déjeuner presse.

Un repas aux notes acidulées de pommes des vergers normands, bien sûr, mais aussi bretons. Les breuvages à la robe dorée, doux ou brut, ont accompagné les différentes étapes du repas - de petites quantités, mais des saveurs décuplées - durant lequel Jean-Louis Benassi, directeur de l'association, et Thomas Pelletier, président, ont présenté le bilan de l'année passée et les enjeux de 2024.

"2023 est une mauvaise année pour la récolte [...] Il y aura de la rareté", s'accordent à dire les acteurs de la filière.

En 2022, 240 000 t de pommes ont été produites sur le territoire, dont la moitié a été transformée en cidre et l'autre moitié en jus de pomme, spiritueux, vinaigres... "Les exportations sont tendanciellement en hausse sur les dernières années, bien qu'assez variables", précise Jean-Louis Benassi.

De novembre 2022 à octobre 2023, ce sont 179 583 hl d'exportés, soit 9,7 % de plus par rapport à l'année civile 2022. Laquelle s'élevait à 163 702 hl et plus 24,1 % par rapport à l'année civile 2021 (144 682 hl), selon les chiffres des douanes.

Les cavistes et cafés, bras droits des producteurs

Si l'enjeu de la filière est de rajeunir les consommateurs et de diversifier les occasions - une part de la clientèle est vieillissante et beaucoup ne consomment qu'occasionnellement, notamment pour accompagner la galette - direction les caves et bars du coin. "Ce sont nos meilleurs promoteurs de la production cidricole. Il y a différentes gammes et valeurs", insiste Thibault Pitrou du Domaine des cinq autels, dans le Calvados. Car, pour le moment, près de 60 % des ventes se font en grandes surfaces, "où aucun conseil n'est donné", déplorent-ils.

Dans ces GSM, les prix sont de 3,20 €/l en moyenne et peuvent atteindre le double voire plus dans les autres circuits. "2023 est une mauvaise année pour la récolte. Il y aura de la rareté et cela pourrait se ressentir sur les prix", s'accordent à dire les acteurs de la filière, qui connaissent une baisse de 15 % de la production de fruits à cidre en 2023. En cause, essentiellement les températures élevées et le manque de pluie en septembre et octobre. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Témoignage de Christophe Gachet, Heizomat, sur les spécificités des chaudières polycombustibles, capable d'accueillir du miscanthus.
Miscanthus : une solution pour les agriculteurs et les collectivités ?
Utiliser directement une production locale de miscanthus pour chauffer des équipements communaux, c'est possible ! Le 29…
Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole