Aller au contenu principal

Changement climatique ou l'émergence de bioagresseurs.

Lors d'un colloque sur la surveillance sanitaire des cultures en Normandie, mercredi 8 novembre au lycée agricole du Robillard, dans le Calvados, la hausse des températures et l'adaptation des bioagresseurs ont été mis en lumière par Frédéric Suffert, chercheur à l'Inrae.

Frédéric Suffert est chercheur en épidémiologie végétale à l'Inrae. Depuis quelques années, les Instituts techniques utilisent des plantes hôtes résistantes aux maladies. « Nous sommes en perpétuelles recherches de nouvelles variétés », confirme-t-il.
Frédéric Suffert est chercheur en épidémiologie végétale à l'Inrae. Depuis quelques années, les Instituts techniques utilisent des plantes hôtes résistantes aux maladies. « Nous sommes en perpétuelles recherches de nouvelles variétés », confirme-t-il.
© CRAN

Les impacts du réchauffement climatique se manifestent de manière visible sur les cultures en France. La hausse des épisodes de dérèglement météorologique favorise la récurrence de maladies endémiques (déjà en place sur notre territoire) et l'émergence de nouveaux bioagresseurs tels que des souches inédites de champignons ascomycètes, responsables de la chalarose du frêne, ou encore les champignons basidiomycètes, à l'origine de la rouille jaune du blé. C'est le constat posé par Frédéric Suffert, chercheur à l'Inrae, lors d'une conférence tenue mercredi 8 novembre 2023 au lycée agricole du Robillard.

AGENT PATHOGENE & HOTE
La maladie est « l'expression de l'interaction entre l'arrivée d'un agent pathogène sur un hôte, dans un contexte climatique et un environnement particulier, avec une action possible de l'homme par les pratiques agronomiques », résume d'entrée de jeu Frédéric Suffert. Altises, champignons, charançons, méligèthes, pucerons et autres larves sont autant de ravageurs entraînant l'apparition de maladies sur les cultures. « Nous n'avons pas à faire à un seul individu, mais à une population pathogène qui s'adapte et évolue en fonction de la diversité du milieu et de ces caractéristiques biologiques », constate l'expert. « Avec le changement climatique (stress hydrique, canicule, gel tardif, etc.), l'arrivée d'organismes nuisibles émergents communautaires va progresser. Certains vont pouvoir s'exprimer en plein air. [...] D'autant plus avec le retrait du marché de certaines substances actives », remarque alors Jérôme Julien, expert national en santé du végétal à la Direction générale de l'alimentation (DGAL), invité de la table ronde du jour. LA TEMPÉRATURE GRIMPE Les hausses de températures réduisent la durée du cycle entre l'infection par une spore et l'apparition de nouvelles spores. « Plus on est proche d'une température optimale pour le pathogène, plus on va avoir des cycles rapides avec une épidémie intense [...] Plus il fait sec, moins on a de maladies », relève Frédéric Suffert. La température optimum pour la septoriose du lin, du blé et du colza est de 18 degrés, par exemple. Avec les récents épisodes de forte pluviométrie, on constate une résurgence du mildiou sur la pomme de terre. « Il y a une augmentation ces trente dernières années des épidémies de phytophthora infestants, dans le nord de l'Europe. Les températures se réchauffant, le mildiou apparaît au bout de vingt jours environ sur des surfaces toujours plus importantes », constate Frédéric Suffert. Le micro-organisme responsable de la maladie a désormais une capacité de survie sur les résidus de culture (gènes de résistance). « Les outils d'aide à la décision doivent être vérifiés et reparamétrés régulièrement pour intégrer ces changements dans la biologie de l'agent pathogène », explique donc le chercheur.

COMMENT LUTTER ?
« Les bioagresseurs sont très évolutifs. Il faut s'adapter constamment », reconnaît Emmanuel Gsell, animateur BSV des Chambres. C'est pourquoi, des modèles de distribution d'espèces et des modèles épidémiologiques mécanistes sont établis à partir des observations terrain. On surveille la survie et la germination des spores, leur présence dans les tissus hôtes, etc. Outre ces études, avec les pratiques de biocontrôle, « on a espoir de modifier le microbiote et les conditions d'expression de la maladie », déclare Frédéric Suffert. Elles consistent à mener une veille sanitaire, à recourir à des agents de biocontrôle (tels que les nématodes, les insectes auxiliaires ou les acariens), ou encore à utiliser des micro-organismes plutôt que de produits phytosanitaires conventionnels, etc. L'expert recommande également d'apporter de la diversité dans les espèces implantées. « En Normandie, il y a cinq six variétés qui représentent 80 % de la sole de blé normande. La diversité n'est pas nulle, mais elle n'est pas très élevée », constate-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole