Aller au contenu principal

À Chambord, agriculteurs et chasseurs retricotent le maillage de haies

Agriculteurs, chasseurs, collectivités territoriales et Agence de l'Eau unissent leurs efforts pour replanter des linéaires de haies au profit de la biodiversité. Cette année, le compteur affiche déjà 21 km. Parmi les contributeurs, Sébastien Rivière, agriculteur à Chambord (27).

Depuis 2017, la FDC 27 est agréée BCAE7. Elle encadre toutes les demandes de déplacement de haie formulées par les agriculteurs et évite la suppression de plusieurs km par an. Au cahier des charges de toute nouvelle replantation aidée : essences (6 au minimum) indigènes uniquement, paillage naturel, mise à disposition de protections à prix coûtant.
Depuis 2017, la FDC 27 est agréée BCAE7. Elle encadre toutes les demandes de déplacement de haie formulées par les agriculteurs et évite la suppression de plusieurs km par an. Au cahier des charges de toute nouvelle replantation aidée : essences (6 au minimum) indigènes uniquement, paillage naturel, mise à disposition de protections à prix coûtant.
© TG

« Je suis né à Chambord et j'ai passé toute ma jeunesse dans cette nature. Il y avait des haies tout le long des chemins, mais, peu à peu, les prairies ont disparu ainsi que les haies bien souvent attachées à l'élevage ». Vendredi dernier sur son exploitation, Sébastien Rivière, céréalier et éleveur, a accueilli Jérôme Filippini à l'ombre de haies qu'il a replantées ces dernières années. Initiateur de ce rendez-vous et acteur technique et financier de cette reconquête des paysages, la FDC 27 (Fédération Départementale des Chasseurs). « Cela fait plus de 20 ans que l'on s'intéresse à la biodiversité. Certains doivent changer d'a priori sur les chasseurs », ont plaidé de concert Dominique Monfilliatre et Nicolas Gavard-Gongallud, président et directeur de la structure. Le préfet de l'Eure, très attaché à la biodiversité tant animale que végétale, mais aussi à celle des idées et des points de vue, en a profité pour faire le lien avec le plan de relance. A l'échelon régional, une enveloppe de 3,3 Me est au service de la haie, par exemple pour embaucher un animateur au sein d'un territoire.Une dizaine de dossiers dans l'Eure sont en cours d'instruction concernant le premier appel à projets désormais clôturé, le second est ouvert.

 

3 semaines de lamier

Si la replantation est aidée (jusqu'à 500 plants gratuits par an et par adhérent selon un cahier des charges précis), il ne faut pas s'attendre à un retour économique immédiat. Sébastien ne valorise pas son bois, il passe même 3 semaines par an au lamier. Mais le décor n'est pas figé. A terme, la haie pourrait être reconnue pour sa fonction de stockage carbone. Avec un peu de bonne volonté politique, ce service environnemental, pourrait bien un jour être reconnu, donc rémunéré. En attendant, Sébastien se réjouit de ses coins à bécasse et autres petits animaux, chassables ou pas, pendant que ses voisins flânent à l'ombre.

Merci qui ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole