Aller au contenu principal

Ces chefs qui favorisent les produits locaux

Certains chefs eurois cuisinent essentiellement les produits locaux. Nous sommes allés à la rencontre de deux passionnés

Denis Chevalier, chef du restaurant Le Madeleine à Verneuil-sur-Avre
Denis Chevalier, chef du restaurant Le Madeleine à Verneuil-sur-Avre
© AUDREY OTTONELLI

Denis Chevalier du restaurant Le Madeleine à Verneuil-sur-Avre et Eric Roy de l’Hostellerie du Lion d’Or à Beaumont-le-Roger sont membres des Toques Normandes. Cette association rassemble les passionnés qui proposent une cuisine créative et de qualité en valorisant les produits de leur terroir. Les Toques Normandes ont, ainsi, pour objectif de promouvoir la cuisine normande, développer l’esprit créatif des chefs de cuisine, lutter contre l’emploi des produits standardisés préconisés et sans saveurs originales et maintenir une qualité d’apprentissage.


FAIRE FONCTIONNER L’ÉCONOMIE LOCALE

Denis Chevalier s’est installé dans les cuisines du restaurant gastronomique Le Madeleine il y a 17 ans. Ce professionnel, qui a travaillé en Belgique et en Angleterre, collabore avec le milieu agricole. « Au fil des années, j’ai monté un réseau avec de nombreuses fermes du secteur dont celle du Louvier. Il faut que la confiance s’installe. C’est un long chemin. Aujourd’hui, je propose à mes clients des produits de saison selon les arrivages.  » Le chef récupère ses légumes dans une ferme à Irai, près de L’Aigle (61), ses poissons arrivent directement du bord de mer, ses pommes bio sont récoltées à Verneusses. « Nous préférons travailler sur une petite carte et proposer des produits de qualité à nos clients en faisant fonctionner l’économie locale.  »

Eric Roy a, quant à lui, pris possession des cuisines de l’Hostellerie du Lion d’Or, à Beaumont-le-Roger, il y a 11 ans. « Les produits locaux sont meilleurs, plus goûteux.  »

 

« LE 100 % LOCAL N’EST PAS POSSIBLE EN CUISINE »

Le chef, qui propose ses plats à l’ardoise, s’approvisionne essentiellement dans l’Eure.

« Je me déplace sur les marchés. Pont-Audemer, Le Neubourg, Beaumont-le-Roger ou encore

Louviers. » Bien-entendu, l’ensemble des produits ne peuvent pas être d’origine locale. Les deux chefs s’accordent. « Ce n’est pas toujours évident pour les champignons des bois », souligne Denis Chevalier.

« Pour ma part, les premières girolles ne sont pas françaises »,ajoute Eric Roy. Ce dernier aime, également, se ravitailler en charcuterie ou encore en canards gras au Pays Basque, « dont je suis originaire. » Les anchois cuisinés à l’Hostellerie du Lion d’Or sont produits dansle sud de la France et l’huile d’olives arrive d’Espagne.

« Le 100 % local n’est pas possible en cuisine. On tourne généralement à 70 % », rapporte Denis Chevalier. La protection de l’environnement ou des normes trop drastiques ont parfois raison du local. « Le gibier en provenance local est extrêmement compliqué par rapport aux normes. »

Le chef du Madeleine n’achète pas de gros poissons car ce sont ceux qui se reproduisent. « Les langoustines proviennent de la pêche en casiers d’Ecosse car ils respectent les tailles et laissent les femelles. En France,la pêche est au chalut donc la moitié des langoustines est morte. » Le savoir-faire locald’ailleurs !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole