Aller au contenu principal

A Caen, l'agrivoltaïsme s'invite à la COP Normandie.

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, a lancé vendredi dernier à Caen la COP Normandie. Il y était question, notamment d'agrivoltaïsme. Un sujet amené sur la table par le président de Région, Hervé Morin.

Sébastien Windsor a insisté sur l'accompagnement humain , 100 000 rendez-vous, pour accompagner le changement des pratiques agricoles. « Sans le réseau consulaire, ce serait beaucoup plus dur », lui a concédé le ministre.
Sébastien Windsor a insisté sur l'accompagnement humain , 100 000 rendez-vous, pour accompagner le changement des pratiques agricoles. « Sans le réseau consulaire, ce serait beaucoup plus dur », lui a concédé le ministre.
© TG

La France s'est engagée à réduire ses émissions de GES (gaz à effet de serre) de 55 % d'ici 2030 par rapport à 1990. Pour concrétiser cet engagement, le Président de la République a initié un processus de planification écologique couvrant divers secteurs dont l'agriculture. Ces COP visent, d'une part, à ajuster les objectifs nationaux à l'échelle de chaque territoire et, d'autre part, à identifier les leviers d'action pour les mettre en oeuvre tout en responsabilisant les parties prenantes telles que les collectivités, les entreprises, les associations, les agriculteurs et les fédérations professionnelles.

AGRIVOLTAÏSME : OUI, NON
Vendredi dernier, Christophe Béchu (ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) accompagné d'Agnès Firmin Le Bodo (ministre déléguée chargée de l'Organisation territoriale et des professions de santé) ont donc lancé la COP Normandie.
Dans ses propos de bienvenue, le président de Région a soulevé plusieurs lièvres comme les zones humides ou bien encore la problématique ZAN (zéro artificialisation nette), mais il a évoqué aussi un sujet qui le rend d'humeur chafouin en ce moment : l'agrivoltaïsme avec « le risque de faire effondrer le potentiel agricole de la France. Et si plus de vaches en Normandie, plus d'industrie laitière non plus. Soyez prudents sur cette histoire », a exhorté Hervé Morin. Antoine Pellion (secrétaire général à la planification écologique) a minimisé ce risque indiquant que cela « ne concernerait au total que 15 000 ha à l'échelon hexagonal soit moins de 0,06 % de la SAU ».
Christophe Béchu a évoqué le sujet sous l'angle sociologique : une couverture des sols limitée à 40 % (trop selon JA) et l'agrivoltaïsme qui peut constituer un complément de revenu aux faibles retraites agricoles. « Il faut faire preuve de cohérence et travailler avec les professionnels. On ne va pas tout faire de la même façon sur tout le territoire ». Une cohérence qui serait la bienvenue sur d'autres sujets comme curage et biodiversité, débroussaillage et biodiversité...

LES CHEMINS DU POSSIBLE
Si la planification écologique constitue un enjeu environnemental, il s'agit aussi d'un enjeu économique. Au nom des Chambres d'agriculture de France, Sébastien Windsor a emprunté les chemins du possible précisant au préalable que le monde agricole constituait la première victime du réchauffement climatique. « Nous avons travaillé avec Antoine Pellion. Sur la plantation des haies, on peut le faire. Trois cultures sur 2 ans, on peut le faire. Développer les protéagineux pour diviser de moitié notre dépendance au soja aussi tout comme augmenter la surface en herbe de 10 % mais tout cela représente un investissement colossal. Investissement financier, par exemple pour la haie, mais investissement humain pour accompagner le changement ».
Et Sébastien Windsor d'évoquer le chiffre de 100 000 rendez-vous pour boucler la boucle. « Sans le réseau consulaire, ce serait beaucoup plus dur », a concédé Christophe Béchu. « Le consommateur doit accepter de payer les produits agricoles quelques centimes de plus pour accompagner le mouvement »,n'oublie pas le président de la Ferme France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole