Aller au contenu principal

Ça fleure bon le sud chez Normandie Arômes.

L'entreprise Normandie Arômes cultive des plantes aromatiques près d'Evreux, sur des terres habituellement productrices de céréales. Origan, estragon, thym ou menthe poivrée, mais aussi fenouil amer, utilisé dans la recette de Pernod Ricard, prospèrent en terre euroise depuis quelques années déjà.

Valentin Raoul, gérant associé de Normandie Arômes, dans son champ de monarde fistuleuse, reconnue comme antibactérienne ou antivirale en aromathérapie. Il va déposer d'ici quelques mois sa propre variété de monarde, 100 % adaptée génétiquement au plateau de Saint-André.
Valentin Raoul, gérant associé de Normandie Arômes, dans son champ de monarde fistuleuse, reconnue comme antibactérienne ou antivirale en aromathérapie. Il va déposer d'ici quelques mois sa propre variété de monarde, 100 % adaptée génétiquement au plateau de Saint-André.
© L.A.

Dans l'Eure, de grandes plaines céréalières, mais pas que. Parmi la luzerne, le maïs, le lin ou le colza s'épanouissent, différentes variétés de plantes aromatiques et médicinales, destinées à la production d'huiles essentielles ou d'hydrolats. Ici se fournissent professionnels de l'industrie de la parfumerie, cosmétique, aromathérapie, pharmaceutique et agroalimentaire tel que l'indémodable Pernod Ricard.

 

TROIS EXPLOITANTS

L'entreprise Normandie Arômes, fondée à Foucrainville il y a plus de 23 ans, produit 17 plantes différentes : « mes parents souhaitaient se diversifier. C'était à l'époque une exploitation typique du plateau de Saint-André : blé, orge, colza », précise Valentin Raoul, gérant depuis 2021 et associé avec deux autres agriculteurs, Jean-Luc Placier de Breuilpont et Benoît Lefort à Corneuil. Ils dédient un tiers de leur surfaces respectives à la culture des plantes, soit environ 300 ha au total, dont une partie est conduite en agriculture biologique. Pour ce faire, le trio s'est doté d'un outil industriel pour la distillation. « Ce sont des végétaux capables de fournir des huiles essentielles par distillation à la vapeur d'eau. On n'utilise aucun solvant. Après la fauche, elles doivent être distillées dans la journée », détaille Valentin Raoul, qui poursuit en parallèle la production de blé, d'orge et de colza sur 150 ha.

 

DES PLANTES DU MIDI

Ingénieur agronome, il a conseillé pendant dix ans des traders dans le secteur agricole avant de revenir sur la ferme familiale, où plus de 40 tonnes d'huiles essentielles sont produites chaque année. Parmi elles : estragon, origan, thym, menthe poivrée, tournesol ou encore monarde, plante endémique du Canada, utilisée dans le domaine pharmaceutique. En Normandie, le réchauffement climatique joue en la faveur de ces plantes habituellement cultivées dans le sud de la France.

 

PERNOD RICARD

Autant dire que les effluves émanant des bâtiments de stockage fleurent bon le Midi, en particulier celles du fenouil amer, qui offre le goût si caractéristique du Ricard. « Nous sommes le premier producteur de France de fenouil amer pour Pernod Ricard, avec qui nous avons un contrat depuis une quinzaine d'années. Un partenaire incroyable qui nous met à disposition un technicien pour mener à bien la culture de fenouil », poursuit Valentin Raoul. Normandie Arômes est aussi leader européen sur les huiles essentielles de menthe, de monarde et de thuya, utilisé comme fixateur de parfum en parfumerie. « Il y a trois différentes familles de plantes aromatiques : les pérennes, en place cinq à sept ans, que l'on ne met pas en tête de rotation, étant bon précédent de céréale telle que la monarde. Les annuelles comme le chanvre, là aussi très bon précédent de céréales et la troisième famille, en place deux ans, tel que le fenouil amer », explique Valentin Raoul, qui déposera, d'ici quelques mois, sa propre variété de monarde, 100 % adaptée au plateau de Saint-André.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Témoignage de Christophe Gachet, Heizomat, sur les spécificités des chaudières polycombustibles, capable d'accueillir du miscanthus.
Miscanthus : une solution pour les agriculteurs et les collectivités ?
Utiliser directement une production locale de miscanthus pour chauffer des équipements communaux, c'est possible ! Le 29…
Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole