Aller au contenu principal

A Bois-Jérôme-Saint-Ouen : la souveraineté alimentaire se cultive en proximité.

Eric Duynslager est producteur de lait à Bois-Jérôme-Saint-Ouen. Avec six de ses Prim’Holstein et leurs accompagnateurs, il sera de la fête les 10 et 11 juin à Cahaignes. Il y portera notamment le message de la souveraineté alimentaire qui se cultive en proximité immédiate du lieu de vie du consommateur eurois.

© TG

« Je vais militer pour la préservation de notre souveraineté alimentaire. Ça me dérangerait que, demain, le consommateur français achète du lait produit ailleurs ». A la question « pourquoi participez-vous au comice agricole d’Ecos ? », Eric Duynslager donne un sens profond à sa démarche et son militantisme. Dans son canton, on compte quasiment les producteurs de lait sur les doigts d’une seule main, mais les 3/4 seront quand même présents pour le concours Prim’Holstein.

 

UN EQUILIBRE LAITIER

Dans ce coin du Vexin, les rares laitiers ne seront peut-être pas les derniers. « Faire du lait, c’est garder un équilibre. Avoir des animaux, c’est être écologique. On produit des effluents d’élevage qui fertilisent nos cultures et ça diversifie notre assolement. Le lait, c’est le tronc de la ferme. Après, on peut faire pousser des branches comme la transformation laitière ou une ferme pédagogique ». Et de pédagogie, notre éleveur sait en faire preuve, dès l’enfance. « Tous les ans, on fait visiter notre ferme à l’école du village ». Bien sûr, il y a aussi les aléas. « On fait beaucoup de fumier alors on salit un peu la route. De plus en plus de personnes sont intolérantes à tout alors il faut prendre le temps de dialoguer avec ses voisins. Je reste quand même optimiste ». Des voisins qui, en grand nombre, travaillent en région parisienne, mais n’ont pas les moyens d’y loger. A leur côté et boostés par la covid, des néoruraux qui viennent télétravailler une partie de la semaine et prolongent leur immersion à la campagne le week-end. Du côté des organisateurs du comice d’Ecos, on espère bien faire venir cette tranche de population les 10 et 11 juin pour nouer un début de dialogue constructif et durable.

 

CULTIVER AUSSI LE TISSU RURAL

Au-delà de la souveraineté alimentaire, c’est le tissu rural aussi que cultive et entend préserver Eric. Un tissu maillé d’emplois générés par l’agriculture locale. « J’aime discuter avec l’inséminateur, le vétérinaire, le mécano agricole, le chauffeur laitier... Il faut garder de l’élevage pour garder du travail au pays ».

A sa locomotive « lait », Eric Duynslager accroche un dernier wagon : celui de la famille. Son fils Charly va s’installer l’an prochain, il pense également à sa fille de 17 ans qui gravit les échelons des études agricoles. « Transmettre un outil sympa à ses enfants, ça crée une dynamique. L’élevage, c’est dur. C’est un travail de tous les jours, mais avec l’esprit de famille et un appui des enfants (ndlr : 3), c’est plus facile à gérer ». Il y a aussi les stagiaires. Les trois du moment ont chacun choisi un animal qui défendra à Cahaignes les couleurs de l’exploitation. En attendant, Eric remonte sur son tracteur sur lequel il avoue assez vite « s’emmerder » pour préparer les terres à maïs. Il lui faudra consacrer aussi un peu de temps pour apprendre à sa compétitrice à marcher. « Dresser une vache, je fais ça tous les dix ans, s’amuse-t-il. On participe au concours parce que c’est le cantonal. Tout cela crée une ambiance de travail et du lien », conclut-il. Alors tous à vos agendas.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole