Aller au contenu principal

Bientôt des vignes dans le sud de l’Eure.

Il y a quelques siècles, le département comptait quelques terres viticoles. Le temps passant, elles ont disparu du paysage. Aujourd’hui, quelques eurois relancent la production en plantant des pieds de vigne.

Les côteaux de Giverny avec ses 6 400 pieds de Chardonnay.
Les côteaux de Giverny avec ses 6 400 pieds de Chardonnay.
© A.O.

Sur les coteaux de Giverny.

Camille Ravinet a planté des vignes, en mars 2019. 6 400 pieds de Chardonnay sur les coteaux de Giverny. « A l’origine, c’était un projet paysagé pour redessiner et replanter une parcelle comme à l’époque. Je souhaitais réintroduire un patrimoine et une culture ancienne », dévoile le jeune homme, paysager de formation. C’est, en effet, après quelques recherches dans les cadastres qu’il a découvert le passé viticole des coteaux de Giverny. « Un vin de proximité était produit ici, le cailloutin », nom donné en référence aux pentes des collines calcaires bourrées de cailloux où poussait la vigne.

 

Un travail à l’ancienne

Aujourd’hui, Camille Ravinet se consacre, désormais essentiellement, à son vignoble labélisé Agriculture Biologique. « Le travail sur la parcelle de 80 ares, qui dispose d’un bon sol et d’une bonne exposition, est effectué à l’ancienne avec un attelage de chevaux. Les pieds sont traitées à partir de décoctions de plantes ». « Il faut trois ans pour sortir un quart de vendange » mais en attendant, le jeune vigneron ne chôme pas. « La saison est belle pour l’instant, c’est très prometteur. Les sols sont gorgés d’eau. J’espère, cependant, qu’il n’y aura pas une vague de gel tardive ». Après la taille à deux yeux, il y a quinze jours, Camille Ravinet s’attaque au désherbage et à l’ébourgeonnage. « Je vais, ensuite, biner sur les pieds et déverser une décoction à base d’orties et d’autres plantes sauvages présentes sur le site. D’ici juin, les palissades seront installées et les pieds seront ligaturés ». Des terres qui demandent une présence tout au long de l’année…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole