Aller au contenu principal

Betteraves et dérogation NNI, où en sommes-nous ?

Particulièrement frappée par les attaques de jaunisses virales en 2020, la profession agricole a alerté le gouvernement sur l’urgence d’un retour de solutions rapides et efficaces pour sauver l’ensemble de la filière betterave-sucre.

Betteraves touchées par la jaunisse en 2020.
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020.
© CGB

Le gouvernement a ainsi déposé une loi permettant d’accorder une dérogation d’utilisation de néonicotinoïdes en enrobages de semences des betteraves sucrières, pour trois années successives et avec un certain nombre de conditions. Le parlement a voté cette loi, que le Conseil constitutionnel a validé ensuite. En parallèle, l’Anses - qui avait été interrogée pour évaluer les risques du retour des NNI en betteraves sur les pollinisateurs et proposer des mesures de protection pour ceux-ci -, a remis sa copie au gouvernement le 23 décembre qui, dans la foulée, a publié son projet d’arrêté et lancé la consultation publique.

Pour Alexandre Quillet, président de la CGB 27, la loi « qui devrait nous permettre normalement de repartir en 2021 sur des bases techniques sereines pour se protéger des pucerons verts, est aussi assortie d’un ensemble d’engagements fort de la profession dans un plan de prévention des risques envers les pollinisateurs ».

Concrètement, ce plan prévoit entre autres une diminution de 25 % du dosage de NNI pour réduire la rémanence possible de résidus et de ne pas récolter de cultures mellifères l’année suivante après des betteraves traitées aux NNI… Et c’est là que les choses se compliquent. Car pour élaborer son projet d’arrêté et notamment son annexe 2 qui fixe les rotations possibles, le gouvernement a repris intégralement les recommandations de l’Anses basées sur le principe de précaution. Pour Alexandre Quillet, « ces recommandations sont désastreuses et vont contraindre les planteurs à faire des choix cornéliens en matière de traitement des enrobages (NNI ou non ?), pour la diversité des assolements (concentration des surfaces en céréales), pour l’équilibre des filières (menacé par des baisses temporaires de surfaces au sein de chacune), et pour la contribution à l’alimentation des pollinisateurs (forte diminution des cultures mellifères en 2023, avec un impact sur leur bol alimentaire). A cela s’ajoute que le choix de ne pas utiliser de semence traitée pour ne pas bouleverser sa rotation se traduirait par l’utilisation d’insecticides foliaires avec les résultats que l’on connaît ».

Si la profession conteste les termes de l’arrêté, et l’a déjà fait auprès du ministre de l’Agriculture, elle est aussi confrontée à un dilemme : remettre en cause aujourd’hui le texte actuel de l’arrêté et risquer de ne pas avoir les semences pour ce printemps voire de tout perdre, ou obtenir demain du gouvernement des modifications rétroactives au vu de l’évolution des connaissances techniques et scientifiques, comme le permet le projet d‘arrêté ?

C’est clairement cette deuxième option qui a été choisie, tant le retour de NNI est nécessaire et attendu pour assurer les rendements futurs et la pérennité dela filière. « Si l’opposition immédiate au projet semble une solution contreproductive, compte-tenu du timing déjà très serré pour enrober et traiter les semences avant les semis 2021, la CGB fera tout pour mettre en évidence que l’absence de cultures mellifères en N+2 est plus catastrophique pour les pollinisateurs que le risque potentiel de suivre une betterave traitée NNI. »

Pour favoriser cette modification de l’arrêté, la CGB appelle les planteurs et l’ensemble des filières végétales à participer massivement à la consultation publique avant le 25 janvier 2021 (minuit) pour dénoncer les contraintes imposées par l’annexe 2 sur leur exploitation et les effets pervers de ces mesures, y compris pour les pollinisateurs.

Pour conclure, Alexandre Quillet rappelle que « aujourd’hui, au vu des résultats de l’année 2020 et de l’évaluation du risque pour 2021, nous nous devons de conseiller aux planteurs de semer des betteraves protégées. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole