Aller au contenu principal

Axelle Piednoël mise sur la vigne à Bourg-Achard.

Axelle et Olivier Piednoël ont planté en avril 2022 quatre cépages sur 1,5 ha et ont donné le nom de Leprince à leur domaine, en hommage à l'arrière-grand-père d'Olivier, Emile Leprince.

Axelle Piednoël s'est reconvertie pour lancer le domaine Leprince. Elle a suivi un BTS viticulture oenologie.
Axelle Piednoël s'est reconvertie pour lancer le domaine Leprince. Elle a suivi un BTS viticulture oenologie.
© © LA

Un soleil automnal réchauffe la vigne entourée de pâturages. Ses feuilles, parées de teintes orange, se détachent à mesure que la saison avance. Entre les rangs, bottes aux pieds, gants en main et sourire aux lèvres, Axelle Piednoël vérifie ses plants, accompagnée de Moon, sa chienne « et fidèle collègue ». La jeune viticultrice de 34 ans s'est lancée avec son mari Olivier dans la création d'un domaine viticole à Bourg-Achard, dans l'Eure. La terre des ancêtres de son mari porte aujourd'hui 6 894 plants. Sur 1,5 ha, exposé plein sud, quatre cépages s'épanouissent depuis le mois d'avril dans le sol normand, « de type sablo-limoneux et argileux, qui conserve un minimum d'humidité, idéal pour les plants », assure Axelle Piednoël.

 

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU

L'idée de créer un domaine en Normandie a germé dans la tête d'Axelle Piednoël pendant la pandémie. A l'époque, la viticultrice s'occupait de l'export de produits pharmaceutiques mais n'y trouvait plus son compte. « Je voulais quelque chose de nouveau, que l'on ne voit pas ici comme le cidre ou les pommes et qui soit viable. » Grande amatrice de vin, Axelle Piednoël avait connaissance de domaines viticoles dans la région. « J'ai fait une étude de marché, et de sol, ainsi qu'une formation en viticulture et oenologie pendant deux ans », raconte-t-elle. Son mari Olivier a conservé son emploi dans le transport, afin d'assurer un revenu, le temps que la vigne porte ses fruits.

 

DIX JOURS DE PREPARATION ET DE PLANTATION

En avril donc, le domaine Leprince, en hommage à l'arrière-grand-père d'Olivier, Emile Leprince, est né. « En cinq jours de préparation et cinq jours de plantation, grâce à de nombreux coups de main, la vigne était plantée », se réjouit la vigneronne, mère de deux enfants, de 6 ans et 4 ans.

Les quatre cépages ont été choisis pour leur résistance aux maladies cryptogamiques : le sauvignac, originaire d'Allemagne, est issu comme son nom l'indique du sauvignon ; le Muscaris, de Suisse ; le Soreli et le Fleurtai, dont les origines sont italiennes. « Ces cépages, encore méconnus, ont été autorisés en 2020 et sont issus de croisements et non pas d'OGM », précise Axelle Piednoël. Le but est de réaliser un vin blanc sec, « à notre goût et surtout celui des futurs dégustateurs ».

 

L'ENTRETIEN GRACE AU PLAN B

Comme beaucoup le constatent, les hectares de vigne ne s'étalent pas à perte de vue en Normandie. Alors, peu d'outils spécifiques à cette production sont à la disposition des jeunes viticulteurs. Place donc au plan B. « Nous avons investi dans un micro-tracteur et un rotavator acheté au magasin de motoculteur à Bourg-Achard. »

Le désherbage se fait à la binette ou à la débrousailleuse. Maintenant que l'hiver s'installe, le travaille à la vigne diminue et reprendra aux beaux jours. En attendant, Axelle Piednoël s'affaire à la paperasse. Demande de subventions, permis de construire pour un futur chai, conversion au bio (effectif d'ici trois ans)... Comme tout agriculteur, Axelle Piednoël a son lot d'administratif. « Ça en vaut la peine ! Le grand-père de mon mari a dit une fois : ''Il faudra faire du vin ici''. » Il avait raison. o

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole