Aller au contenu principal

Avec VL’NA herbagère de Terrena, gagnez 0,20 e/kg de carcasse.

VL’NA herbagère ? Comprenez Vache Laitière Nouvelle Agriculture. Une solution proposée par la coopérative Terrena dans le cadre de sa politique de développement d’une agriculture écologiquement intensive que Franck et Elodie Herel, éleveurs à Montbray (50), ont adoptée. A la clé, une plus-value de 0,20 e/kg de carcasse sur leurs vaches de réforme sans rien changer à leur système fourrager.

Caroline George au côté de Franck et Elodie Herel, producteurs de lait à Montbray (50). « Valoriser nos vaches de réforme sous contrat n’a rien changé à notre système et la plus-value est d’environ 80 e pour une Normande et 70 e pour une Prim’Holstein. C’est une façon de valoriser encore mieux l’herbe ».
Caroline George au côté de Franck et Elodie Herel, producteurs de lait à Montbray (50). « Valoriser nos vaches de réforme sous contrat n’a rien changé à notre système et la plus-value est d’environ 80 e pour une Normande et 70 e pour une Prim’Holstein. C’est une façon de valoriser encore mieux l’herbe ».
© DR.

« 20 centimes de plus sur une Normande, ça parle. C’est 80 € de gagnés par vache ». Conseillère dans un centre de gestion dans une autre vie, Elodie Herel a la calculette facile. « Avec 35 réformes par an, cela représente un total de 2 800 € ».

Elodie s’est installée le 1er janvier dernier pour rejoindre son mari Franck. L’exploitation s’étend sur 170 ha, dont 100 ha de prairies parfois pentues, avec un troupeau de 130 vaches laitières (Prim’Holstein et encore quelques Normandes) et 45 vaches allaitantes.

 

Dans ce coin de bocage, c’est plus avec l’herbe que le blé qu’on fait son beurre. « Situés dans une zone de captage, notre objectif est prioritairement de bien valoriser les prairies », souligne Franck. Alors quand Caroline George, responsable commerciale bovins zone Normandie à Ter’élevage (branche animale de Terrena), leur a parlé en début d’année du contrat VL’NA herbagère, Franck et Elodie n’ont pas tergiversé très longtemps. « Nous étions déjà largement dans les clous du cahier des charges alors pourquoi se priver de cette opportunité », insistent nos éleveurs.

 

Pas de contraintes supplémentaires

Le cahier des charges VL’NA herbagère, avec en fil rouge biodiversité et environnement, est loin d’être drastique : 20 ares d’herbe/UGB et 6 mois de pâturage pour une plus-value de 20 centimes/kg de carcasse par rapport à la grille Terrena. « La consommation de steak haché va crescendo et la demande des abattoirs est là. C’est pour y répondre que nous avons conçu ce dispositif pour lequel il reste encore des possibilités de contractualisation. Le Calvados, la Manche, l’Orne et même certaines zones de l’Eure sont parfaitement adaptés à ce créneau ». L’équipe technique, commerciale et administrative du site Ter’élevage de Noyers-Bocage (14) est à la disposition de tout adhérent pour une mise en route rapide et durable de ce dispositif. Elle cherche même à recruter de nouveaux collaborateurs pour faire face au développement attendu. « Nous réalisons des avances financières si besoin avec une attention particulière portée aux jeunes agriculteurs. Nous accompagnons tout type d’exploitation, tout type d’agriculture. VL’NA herbagère est une offre supplémentaire de notre offre de services », conclut Caroline George.

--------------------------------------------------------------------

Les solutions Nouvelle Agriculture ®

Les Solutions Nouvelle Agriculture ® sont le fruit de la recherche et de l’innovation Terrena. Chacune de ces solutions a été conçue pour permettre aux agriculteurs de mettre en pratique une Agriculture Ecologiquement Intensive.

L’attribution de l’estampille Solutions Nouvelle Agriculture ® repose sur le respect de cinq critères majeurs :

• maintenir et améliorer la performance technique et économique de l’exploitation,

• limiter le recours aux intrants non renouvelables et chimiques par des alternatives fondées sur des fonctionnalités naturelles,

• conduire à une limitation mesurable des impacts sur l’environnement,

• reposer sur une innovation,

• l’association d’agriculteurs Sentinelles de la terre® capables de témoigner de son efficacité sur leur exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole