Aller au contenu principal

Au congrès de la FNSEA, la FRSEA de Normandie a pris la parole.

Lors du congrès de la FNSEA, Xavier Hay, président de la FDSEA du Calvados, a pris la parole au nom de la FRSEA de Normandie. Il a axé son propos sur les difficultés que rencontrent les agriculteurs dès lors qu'ils veulent développer leur exploitation.

« Devant l'accumulation des contraintes et l'empilement ininterrompu des règlementations, peut-on encore entreprendre en agriculture ? » s'est-il interrogé, déplorant que satisfaire aux obligations réglementaires ne suffit plus toujours : « quand bien même votre projet est bien ficelé, qu'il répond aux obligations administratives, qu'il franchit tous les obstacles dressés sur sa route, et satisfait aux objectifs politiques affichés, la pression de quelques opposants du voisinage suffit à le remettre en cause ». Il a ainsi détaillé : « Construire une porcherie est devenu un projet fou. Restructurer un élevage bovin devient une utopie. Développer la production agricole une monstruosité. Que dire des projets de méthanisation ? » L'ensemble de ces oppositions trouvant toujours un angle pour combattre le projet agricole : « Qualité de l'eau, qualité de l'air, protection de la biodiversité ou des paysages : tout y passe, tout est bon pour abattre le moindre projet ».

Et que dire de la pression administrative que tout porteur de projet doit supporter : « Quel délai pour une autorisation d'exploiter un bâtiment d'élevage ? Combien de formulaires, de déclarations et d'attestations en tous genres ? » Le résultat est que « certains d'entre nous réfléchissent à se passer des aides PAC pour ne plus subir les obligations qui leur sont liées. D'autres décident de ne plus se préoccuper des textes à respecter ».

Quelle doit être l'attitude syndicale ? Pour la FRSEA de Normandie, « le temps est venu de dire stop, car nos adhérents ne comprennent plus les injonctions multiples qu'ils subissent ». Et ce, même si « nous devons garder une posture ouverte sur les préoccupations de nos concitoyens pour demeurer acteurs et avoir un espace pour s'exprimer. » Reprenant les propos du président de la République lors du confinement de mars 2020 : « Déléguer notre souveraineté alimentaire à d'autres serait une folie », Xavier Hay estime « qu'il n'y aura pourtant pas de souveraineté alimentaire sans entreprise, sans dynamisme et sans projet ». Il a conclu son propos en appelant à un dialogue ouvert, réel et équilibré : « Si dialogue il doit y avoir avec la société, il doit être équilibré. Si compréhension il doit y avoir, elle doit être réciproque » a-t-il dit.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole