Aller au contenu principal

Assemblée générale du syndicat Charolais de l’Eure.

C’est dans une ambiance particulière que le président du syndicat Charolais de l’Eure, Philippe Petit, a convié ses adhérents pour son assemblée générale retardée de quelques mois en raison de la pandémie.

© PIXABAY

Une vingtaine d’éleveurs a répondu présent à son invitation. Malgré les masques sur le visage, les éleveurs étaient tout de même heureux de se retrouver. Cette année, le lieu de rassemblement était à Boisemont au Pressoir d’or. Après un bref retour sur l’historique de l’implantation du verger, l’interlocutrice a détaillé la fabrication du cidre et du jus de pomme ainsi que les variétés utilisées. Une dégustation des produits de la ferme a clôturé la visite.

Le rapport d’activité a été l’occasion de souligner l’intérêt des commandes groupées réalisées deux fois par an. En effet, ces commandes permettent une économie de 15 à 30 % sur le prix des minéraux, ficelles, bâches et autres fournitures.

De plus, une commande de pieux de clôture d’acacia sera proposée en fin d’année. Le syndicat propose également des formations à ses adhérents. En février dernier, la vétérinaire Emmanuelle Voldoire avait réalisé une formation d’initiation à l’aromathérapie. L’assemblée générale s’est terminée par l’intervention de Carole Simon, l’animatrice du syndicat qui, après quelques constats sur l’élévation générale des températures moyennes a donné quelques pistes de réflexion pour adapter les systèmes fourrager des élevages au changement climatique. Après 3 années de sécheresse estivale marquée sur le département, ce phénomène récurrent pousse les éleveurs à rechercher des alternatives ou des compléments à la culture du maïs. Différentes cultures comme le sorgho plus résistant au stress hydrique sont en phase de test au sein de la cellule recherche et développement de la chambre d’agriculture de Normandie. Les résultats des différentes plateformes d’essais fourragers seront accessibles cet automne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole