Aller au contenu principal

Après la tornade de samedi à Criquebeuf-sur-Seine : les maraichers paient un très lourd tribut.

Après un coup de vent et de pluie (mêlée de grêle) de folie samedi 4 juin du côté de Criquebeuf-sur-Seine et Martot, Jérôme Filippini (préfet de l’Eure) et Nicolas Lebas (sous-préfet de Les Andelys) sont venus mardi sur le terrain pour un premier état des lieux. « Nous venons en mode commando pour vous aider. Il faut être le plus réactif possible », s’est voulu rassurant le représentant de l’Etat.

Cultures légumières détruites et serres éventrées à Martot, un triste spectacle que sont venus constater les représentants de l’Etat. Le premier chantier est d’établir un état des lieux le plus exhaustif possible. N’hésitez pas à contacter la FNSEA 27 pour plus de précisions.
Cultures légumières détruites et serres éventrées à Martot, un triste spectacle que sont venus constater les représentants de l’Etat. Le premier chantier est d’établir un état des lieux le plus exhaustif possible. N’hésitez pas à contacter la FNSEA 27 pour plus de précisions.
© TG

« Les cultures sont détruites mais aussi certains outils. Il faut identifier tous les problèmes qui se posent pour se mettre en mode commando ». Accompagné par la DDTM et en présence des représentants de la FNSEA 27, JA 27 et Chambre d’agriculture, Jérôme Filippini est venu prendre le pouls de maraichers désemparés après un épisode climatique hors normes. « En 15minutes, j’ai tout perdu, mes cultures et mes serres que j’ai montées il y a 2 ans. L’an dernier, on avait déjà tout perdu, c’est dur. Je ne dors plus la nuit », commente l’un d’eux qui n’a plus rien a proposer aux consommateurs qu’il fournit sur divers marchés locaux . Une situation d’autant plus dramatique que l’assurance n’est pas la règle dans ce secteur d’activité et que les cultures d’hiver n’ont pas dégagé la trésorerie escomptée. «Il nous faut deux mois pour se remettre en route. On a besoin d’oxygène tout de suite ».

 

BESOIN D’OXYGENE TOUT DE SUITE

« Il va y avoir des réponses exceptionnelles à des situations exceptionnelles », a précisé Jérôme Filippini mais le premier chantier est d’établir un état des lieux le plus exhaustif possible. Combien de maraichers impactés avec quel taux de perte ? Le syndicalisme agricole local à déjà démarré ce travail de recensement. « Ensuite, il faudra se mettre autour de la table pour trouver des solutions », poursuit Fabrice Moulard, président de la FNSEA 27. On a évoqué, mardi dernier à Martot, l’exonération de la TFNB (Taxe sur le Foncier Non Bâti) mais cela ne suffira pas. Assurances, banques, MSA (...), la profession agricole appelle à un mouvement de solidarité générale. Si les maraichers se sont trouvés dans l’œil du cyclone, en périphérie, d’autres dégâts ont également été constatés comme en céréale, lin ou bien encore maïs. Des chevaux, pris dans un mouvement de panique, ont été blessés. Ce bout de ferme départementale a besoin de panser ses plaies au plus vite. L’administration et le syndicalisme agricole sont à pied d’œuvre. Et si le consommateur par son acte d’achat ou en donnant un coup de main à la reconstruction, venait aussi à la rescousse d’un circuit court ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole