Aller au contenu principal

AG de la Safer : « réconcilier agriculture et biodiversité ».

La Safer de Normandie a organisé son assemblée générale jeudi 8 juin, au Quai des arts à Argentan dans l'Orne. A la table ronde, ça parle souveraineté alimentaire et biodiversité.

La table ronde sur le sujet « Souveraineté alimentaire et biodiversité » s'est déroulée lors de l'assemblée générale de la Safer à Argentan, jeudi 8 juin.
La table ronde sur le sujet « Souveraineté alimentaire et biodiversité » s'est déroulée lors de l'assemblée générale de la Safer à Argentan, jeudi 8 juin.
© ©LA

COMPENSATION ET BIODIVERSITE : QUI DECIDE DE QUOI ?

o Denis Gandin, directeur adjoint de la direction départementale des territoires de l'Orne : « la compensation foncière pour réparer les dommages à la nature occasionnés par la consommation des espaces, ce n'est que la troisième étape de la séquence ERC (éviter, réduire et compenser). C'est une co-responsabilité entre le maître d'ouvrage, les services de l'Etat qui les valident ou non. Les mesures compensatoires seront mises en oeuvre à proximité, selon la loi ».

 

o Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie : « aujourd'hui, la préservation de l'agriculture n'est plus une priorité dans les textes réglementaires. La première intention, c'est le code de l'environnement, naturellement puisque c'est le sujet. Le code rural, qui concerne les agriculteurs purement et simplement, n'arrive qu'en sixième position. Bien souvent, la réflexion de la compensation arrive en fin de dossier et les agriculteurs ne sont pas toujours consultés. Quand il y a destruction de biodiversité, de haies, de bois ou de zone humide, on va les compenser sur des terres agricoles, alors qu'à proximité, on peut trouver des zones qui partent en friches. Je pense que dans un premier temps, il faut regarder l'évitement ».

 

o Claire Poinsot, directrice régionale de Biotope (bureau d'étude dédié à l'environnement) : « un dossier à ce jour ne peut pas être instruit s'il n'y a pas une vraie démonstration d'évitement et de réduction. Penser qu'un projet puisse s'exonérer de compensation est quasiment impossible. La tension est telle actuellement sur la rareté de certaines espèces, qu'il est difficile qu'il n'y ait pas de compensation ».

 

o Pierre Marcille, président de la Safer d'Ile-de-France : « en Ile-de-France, la pression est présente, c'est une évidence. Si on veut compenser, il ne faut pas que ce soit une double peine. Il faut d'abord travailler sur la partie réduire, éviter, avant d'aller sur le compenser. Après ça ne résout pas tous les problèmes. On voit des abus, principalement parce que les aménageurs n'ont pas un stock de surface pour compenser. Ils sont toujours en retard par rapport aux terrains recherchés. Il y en a qui vont directement négocier avec des fermiers à un montant qui n'est plus le prix agricole ».

 

o Emmanuel Hyest, président de la Safer Normandie et de la FNSafer : « la consommation des terres agricoles est de la responsabilité unique des élus locaux. Ce sont le maire et son conseil qui décident ou non de mettre à l'urbanisme ces terres ».

 

DES FRICHES POUR COMPENSER ?

Pierre Marcille : « la compensation doit se faire ailleurs que sur les terrains agricoles. Entre autres sur les friches, même si ça coûte très cher. Car supprimer des terres agricoles va nous coûter plus cher, plus tard, pour produire. Il faut voir à plus long terme. Mais tout le monde veut des friches, pour la renaturation en ville, pour demain l'énergie nouvelle telle que l'agrivoltaïsme. Il n'y en aura pas assez pour tout le monde ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Témoignage de Christophe Gachet, Heizomat, sur les spécificités des chaudières polycombustibles, capable d'accueillir du miscanthus.
Miscanthus : une solution pour les agriculteurs et les collectivités ?
Utiliser directement une production locale de miscanthus pour chauffer des équipements communaux, c'est possible ! Le 29…
Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole