Aller au contenu principal

270 millions d’euros pour la filière porcine.

Le ministre de l’Agriculture a dévoilé le 31 janvier dans une conférence de presse le plan de soutien du Gouvernement à la filière porcine.

© REUSSIR

« C’est une crise inédite », pour le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie. « C’est une situation catastrophique que même les plus anciens n’ont pas connue », a ajouté François Valy, président de la Fédération nationale porcine. Avec des cours au plus bas et des perspectives peu réjouissantes, le Gouvernement a décidé d’engager un plan d’urgence en cinq points. Le ministère va tout d’abord débloquer une enveloppe globale de 270 millions d’euros (M€) répartie en trois aides. Une première aide d’urgence de 75 M€ sera versée entre le 15 et le 20 février, pour venir en aide aux producteurs en difficulté, notamment aux jeunes agriculteurs installés dans cette production. Une autre enveloppe de 175 M€ est prévue « dans les prochains mois », car intervenant directement sur les marchés, elle devra préalablement être soumise à l’approbation de la Commission européenne. Une troisième enveloppe de 20 M€ est débloquée pour l’exonération de charges sociales, en lien avec la Mutualité sociale agricole.

 

« Irresponsables »

Le deuxième volet de cette feuille de route consistera en la mise en place de loi Egalim 2. Sur ce point, Julien Denormandie a exprimé toute sa « fermeté » n’hésitant pas à traiter ceux qui ne jouent pas le jeu d’« irresponsables » et d’« antidémocrates ». « Je serai d’une sévérité totale. Tolérance zéro », a-t-il martelé. En guise de troisième volet, le ministre entend réguler le marché européen et profiter de la présidence française de l’Union européenne pour « créer un consensus » sur le sujet. Quatrième axe de cette feuille de route : le recours aux banques et notamment rendre les Prêts garantis de l’Etat (PGE) aux agriculteurs. Bien qu’il soit conscient que ce n’est pas toujours une solution, il sait compter sur « la Fédération française des banques qui a pris des engagements en ce sens ». Enfin dernier axe de ce plan de soutien : le développement de la demande auprès des consommateurs. Il va notamment solliciter FranceAgriMer pour abonder à hauteur de 100 000 euros, les campagnes de promotion du porc.


« Aucune visibilité »

Le ministre a justifié l’ampleur de cette aide par la possibilité de perdre environ 30 % des éleveurs de porcs dans les 12 à 18 mois « si on ne fait rien. Ils cesseraient leur activité. Or c’est un des maillons stratégiques de la souveraineté alimentaire », a-t-il affirmé. François Valy, a renchéri : « Un élevage français moyen est constitué d’environ 250 truies. Sur les six mois qui viennent, c’est 80 000 Ä de pertes assurées. Sur un an, nous n’avons aucune visibilité ». La FNP et l’interprofession réclamaient 440 MÄ d’aide. Elles saluent néanmoins « cet engagement significatif du ministre, même s’il ne comblera pas intégralement le trou des trésoreries », a indiqué la FNP dans un communiqué. L’actuelle crise porcine combine de nombreux facteurs défavorables : une hausse des charges de production, la réduction importante des importations par la Chine, la peste porcine africaine en Allemagne et en Italie qui, étant interdits d’exporter sur les marchés tiers, mettent leur production en vente sur le marché européen créant une surproduction et faisant chuter les cours. « Un effet ciseaux des prix d’une ampleur et d’une durée inédites », a souligné la FNP. Le ministre et l’ensemble des acteurs de l’interprofession ont convenu de se retrouver vers le 15 février pour faire un point d’étape, en particulier sur le volet européen de l’aide (175 M€).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole